Amélioration de la gratuité des soins au Burkina Faso : Save The Children lance un plaidoyer

L’ONG Save The Children International a tenu une rencontre, avec ses partenaires, ce jeudi 15 avril 2021 à Ouagadougou. L’objectif de cette assise était de trouver des solutions de plaidoyer sur la nécessité d’améliorer le système d’accès aux soins de santé, des femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans.

La suite après cette publicité

Dans l’optique d’interpeller les décideurs sur les difficultés financières rencontrées par la mesure de gratuité des soins prise par le gouvernement, l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Save The Children International a entrepris des initiatives pour apporter sa contribution à cette lutte. A cet effet, elle a,  avec l’appui de son Projet d’Amélioration de la Santé Maternelle et Infantile (PASMI), organisé un atelier, ce jeudi 15 avril 2021.

Selon le Représentant du Directeur pays de Save The Children International, Hubert Ouédraogo, cet atelier a été un cadre pour l’ONG, de rassembler les acteurs afin de générer des solutions pouvant améliorer la mesure sanitaire prise par le gouvernement.

Trouver des moyens d’intégrer la mesure de gratuité des soins

« Cet atelier précède notre projet PASMI qui était chargé de contrôler l’effectivité de cette mesure de l’Etat sur la gratuité des soins. Ainsi nous avons par le projet constaté que la mesure peine à faire ses preuves dues au manque de financements. Nous entendons par cet atelier appeler les décideurs à améliorer les financements liés à cette mesure pour permettre le fonctionnement de la CAMEG et les centres de santé », a-t-il expliqué.

Il a aussi ajouté que l’ONG entend trouver des moyens d’intégrer la mesure de gratuité des soins dans la loi portant Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU). « Au long terme, on prévoit trouver des moyens pour permettre aux personnes vulnérables de pouvoir jouir des services de santé publique. Cela, en essayant d’introduire ladite mesure dans la RAMU. Nos cibles sont prioritairement les femmes enceintes et les enfants », a-t-il ajouté.

               «  La rupture au CAMEG est due au fait que les financements ont cessé …. »

Dr Idrissa Derra, chef du projet PASMI, a insisté sur le fait que l’initiative est due au constat de la rupture de stock, enregistrée par la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels, Génériques (CAMEG). « La rupture au CAMEG est due au fait que les financements ont cessé ou été orientés vers les secteurs dits prioritaires. Cela impacte l’approvisionnement de nos  centres de santé, donc la mesure de l’Etat peine à survivre », a-t-il indiqué.

Save The Children œuvre pour la défense des droits des enfants au monde. Elle est présente au Burkina Faso depuis 1982, dans sept régions différentes. Elle a participé à la coalition des ONG ayant plaidé pour l’adoption de la gratuité des soins au Burkina Faso en 2016.

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page