Lutte contre le terrorisme : « L’Effort C » de Silvère Salga pour faire mal à l’ennemi

Dans la matinée de ce mardi 22 juin 2021, l’écrivain-chercheur Silvère Salga a présenté à Ouagadougou un plan dénommé ‘’Plan OBAR anti-terroriste’’, un plan censé lutter contre le terrorisme. L’objectif est de rallier les populations civiles à adhérer à l’effort de guerre pour la sécurité nationale et venir à bout du danger national qu’est le terrorisme.

La suite après cette publicité

Voilà 6 ans déjà que le Burkina Faso fait face à de nombreux défis sécuritaires avec le terrorisme qui prend de l’ampleur. En dépit des efforts fournis par les forces de défense et de sécurité, le phénomène persiste. Il est clair, les Forces de Défenses et de sécurité (FDS) seules ne pourront hélas pas endiguer ce mal. D’où l’impérieuse nécessité d’impliquer les civils à cette lutte anti-terroriste.

« La collaboration doit se faire clairement entre civils et militaires « 

C’est donc convaincu de ce postulat, que l’écrivain-chercheur Sylvère Salga, concepteur du plan OBAR anti-terroriste, lance ‘’l’Effort C’’ ou l’Effort Civil, une coalition de compétences et d’actions civiles dans tous les domaines à même d’aider à lutter contre le terrorisme et à la sécurisation du pays. Ce plan vise une très forte implication du civil dans l’effort de guerre.

A en croire Silvère Salga, le plan OBAR a été imaginé et conçu en vue de maitriser en temps réel les déplacements des terroristes. L’effort scientifique et technologique par exemple a pour objectif de proposer des solutions techniques, pour permettre à l’armée de connaitre certaines choses avant.

 « Le plan OBAR est un plan stratégique dans lequel est défini comment la collaboration doit se faire clairement entre civils et militaires pour gagner la guerre et inverser la tendance. C’est dans un document que le plan OBAR est défini dans sa partie militaire et dans sa partie civile de façon claire », déclare-t-il.

Comme stratégie de lutte contre le terrorisme, Silvère Salga propose 9 axes d’intervention de l’effort civil à savoir : l’effort de Courage National, l’effort Scientifique et technologique, l’effort d’Education Sécuritaire et préventive, l’effort d’engagement militaire, l’effort de Diplomatie et de Collaborations transfrontalières, l’effort de reconquête territoriale, l’effort Social de réhabilitation, l’effort de résilience totale et enfin l’effort général.

Par rapport aux détails du plan, le concepteur refuse de donner de plus amples informations. « Je ne peux pas et je refuse toujours de divulguer ça de manière officielle, parce que si nous devons travailler avec les militaires, il faut qu’on travaille avec le secret » explique, le concepteur du plan OBAR, Silvère Salga.

Pour l’écrivain-chercheur, l’objectif est d’arriver à faire une convergence des savoir-faire qui puissent aider le militaire sur le terrain et qui puisse aider le civil à s’adapter sur le terrain car on ne peut pas rejeter la faute sur les soldats ou les militaires.

 » On dit clairement aux décideurs qu’il ne faut plus jouer à l’hypocrisie « 

« Moi je parle d’une action nationale coordonnée sur la base du fait qu’actuellement on n’a plus peur, on affronte le problème et on dit clairement aux décideurs qu’il ne faut plus jouer à l’hypocrisie mais il faut prendre des décisions fortes », clame Silvère Salga.

Faut-il le préciser, l’Effort Civil dispose d’un local siège sis à Ouagadougou, de quelques installations de travail et des engagés de divers domaines, qui ont déjà rallié  la cause.

Flora KARAMBIRI (Stagiaire)

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page