Lutte contre la vie chère au Burkina Faso : Le SYNACTIV-BF en renfort

Constitué auparavant en mouvement de contestation contre l’implantation de la vie chère, le Syndicat National des Commerçants et Transporteurs contre l’implantation de la Vie chère au Burkina Faso (SYNACTIV-BF) s’est formalisé et entend poser les préoccupations des acteurs du commerce ainsi que du consommateur. Les responsables de ce nouveau syndicat étaient face à la presse ce jeudi 16 septembre 2021 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

« Lutter contre la vie chère ». C’est le credo du nouveau syndicat regroupant différentes structures œuvrant dans le domaine des transports et du commerce de marchandises. Le SYNACTIV-BF compte « environs 5000 membres » à travers le Burkina Faso. Selon Lassané Dipama, Secrétaire général du SYNACTIV-BF, leur revendication se fonde sur le constat qui laisse observer la vie chère dans le quotidien des Burkinabè.

Pour Lassané Dipama, cette vie chère est liée aux tracasseries du transit entre le Togo et le Burkina Faso. Le système de pesage est ainsi pointé du doigt. « Les autorités campent sur leur position à implanter la firme Afrique Pesage avec son lot de mesures drastiques sur le prix de la charge des marchandises », a indiqué Lassané Dipama, le SG du SYNACTIV- BF.

A l’écouter, la nouvelle donne dans le transport des marchandises est imposée par l’Europe qui s’est débarrassée des anciens conteneurs de 40 pieds pour servir à l’Afrique des conteneurs de 45 pieds. « Cette nouvelle configuration de conteneurs implique la modification des plateaux conteneurs sans laquelle nos camions présenteront des déséquilibres pouvant occasionner des incidents et même esquinter les conducteurs », a-t-il enchainé.

« Ne plus transiter des marchandises au port de Lomé » 

Le syndicat dit tenir pour responsable le Ministre en charge des Transports, Vincent Dabilgou, d’être impliqué dans  la mise en fourrière de plus d’une centaine de camions burkinabè au Togo. « Le ministre des transports, après avoir eu la confiance des transporteurs s’est personnellement déporté à Lomé et à Accra pour se plaindre du fait qu’il autorise les camions burkinabè de plus de 4 essieux à charger des marchandises », a-t-il informé.

Lassané Dipama a souligné que le Togo s’est vite exécuté en mettant en œuvre les recommandations du ministre Dabilgou, emmenant les propriétaires des camions modifiés à s’acquitter des amendes. Le SG du SYNACTIV-BF a lancé un mot d’ordre aux transporteurs. « Nous demandons aux commerçants et aux transporteurs burkinabè à ne plus transiter des marchandises au port de Lomé », a-t-il clamé.

Le syndicat a aussi décrié le principe de pesage opté par les autorités burkinabè. « Sur ordre du DG de l’ONASER avalisé par le ministre des transports, l’instruction a été donnée à la firme Afrique Pesage de procéder dorénavant à un pesage tandem », a laissé entendre Lassané Dipama avant de souligner que les transporteurs exigent une bascule uniforme entre celle de la chambre du commerce burkinabè et celle de la firme étrangère « Afrique Pesage ».

Le SYNACTIV-BF se veut être le porte-flambeau de la lutte contre la vie chère que décrient les transporteurs, les commerçants ainsi que les consommateurs. « Se taire, c’est se rendre complice », arbore Lassané Dipama.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page