Maouloud 2021 : Ramatoulaye célèbre le centenaire de son sanctuaire

Dans la Région du Nord, précisément à Ramatoulaye, localité située à une trentaine de kilomètres  de Ouahigouya, les fidèles musulmans se sont retrouvés pour commémorer  la naissance du Prophète Mahomet (PSL), communément appelé « Gâani » en langue Mooré, Maouloud ou encore Mawlid,  ce lundi 18 octobre 2021. Contrairement aux autres éditions, cette année marque le centenaire de l’événement, et en raison de la situation sécuritaire, le Maouloud a été célébré au cours de la journée. 

La suite après cette publicité

Dans la nuit 18 au 19 octobre 2021, le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays, a commémoré la naissance du Prophète Mahomet (Paix et salut sur lui). Comme à l’accoutumée, la confrérie Tidjania célèbre cette fête à travers des prêches, la lecture du Coran, les récits sur la vie du Prophète et des bénédictions.

C’était le cas ce  lundi 18 octobre 2021, dans la grande mosquée de Ramatoulaye, localité située à une trentaine de kilomètres de Ouahigouya. 

Au regard de la situation sécuritaire, cette fête a été célébrée plus tôt que prévu dans cette localité. A ce titre, les différentes célébrations de cette fête se sont articulées sur des prêches axées sous le thème « 100 ans de ferveurs religieuses : quelle contribution de la Tidjania en matière de spiritualité, de vivre ensemble et de cohésion sociale pour la paix au Burkina Faso ? » .

« Même lorsque nous sommes couchés sur notre lit d’hôpital, nous devons toujours prier. Cette année nous sommes dans une année particulièrement difficile. Je pense aussi que tous les participants respectent les mesures barrières. En ce qui concerne la sécurité, nos prières vont à son égard», a laissé entendre Yacouba Sawadogo, président du comité d’organisation. 

Dr Sidi Cheick Mohamed Maïga, fils du Cheick Aboubacar Maïga II, a souhaité que ces prières puissent contribuer à la paix au Burkina Faso. « La célébration de la naissance du Prophète contient toujours les motions de remerciement de la venue du Prophète parmi les créatures de Dieu car c’est à lui que nous avons cru à l’existence d’Allah unique.

C’est à travers lui que nous avons su distinguer le bien du mal, faire la différence entre la justice et l’oppression, en un mot, notre prophète est un idéal pour l’humanité tout entière. C’est donc dire que toute personne ayant la capacité de manifester de cette noble naissance doit se donner à fond tout en gardant une maitrise de soi et dans le juste milieu », a-t-il ajouté.


A l’entendre, cette édition est particulière pour la confrérie, en ce sens qu’elle va permettre à la communauté de marquer un arrêt pour faire le bilan de 100 ans de célébration. « Le nom Ramatoulaye provient du Saint Coran. Ce qui fait également sa particularité, c’est la résistance face aux harcèlements, à l’oppression, au fanatisme religieux et à l’islamophobie.

Toute cette singularité a fait de Ramatoulaye une terre bénite, accueillante et d’hospitalité dont la cohabitation et la cohésion sociale ne sont plus à démontrer au Faso. Nous allons, cette année, regarder tout ce que nos ancêtres ont accompli afin de nous inspirer pour nos prières pour la paix au Burkina Faso », a-t-il expliqué.

Il faut noter que cette célébration a été placée sous le patronage du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. A sa prise de parole, il a souhaité que ce cadre soit un lieu d’échange et de spiritualité.

« Nous tirons un chapeau au Cheick avec ce que nous avons vu. Nous avons demandé à ce que les prières aillent à l’endroit de tous les Burkinabè. Nous sommes là parce que nous pensons qu’au Burkina, toute personne à le droit de choisir ces croyances et cela est accepté par tous », a conclu le président du parlement burkinabè.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page