TNT : La SBT donne trois semaines aux éditeurs non à jour sous peine d’arrêt de diffusion

La Société burkinabè de télédiffusion (SBT) était face à la presse pour expliquer la situation que vit l’entreprise ces derniers temps. Ce mardi 2 novembre 2021, ses administrateurs ont donné la date du 23 novembre 2021 aux éditeurs de services de télévision qui ne sont pas à jour pour s’acquitter de leur redevance sous peine de voir l’arrêt de la diffusion de leurs programmes sur le bouquet TNT.

La suite après cette publicité

Les éditeurs de services de télévision qui ne sont pas à jour ont jusqu’au 23 novembre 2021 pour s’acquitter de leur redevance sous peine de voir l’arrêt de la diffusion de leurs programmes  sur le bouquet TNT. C’est l’annonce faite ce mardi 2 novembre 2021 par la société burkinabè de télédiffusion au cours d’un déjeuner de presse.

Selon le directeur général de la SBT, B. Fidèle Aymar Tamini, au titre de l’année 2020, les recettes attendues étaient d’un milliard quarante-sept millions deux cent huit mille sept cent trente-six (1.047.208.736) de  FCFA pour l’ensemble des éditeurs de service.

Et suite aux mesures d’accompagnement des médias pour faire face à la pandémie de COVID-19, le docteur-ingénieur de la Radio télécoms affirme que le gouvernement a octroyé une réduction de 50 % au titre de la redevance de diffusion de l’année 2020, ce qui fait baisser les recettes qui revient à cinq cent vingt-trois millions six cent quatre mille trois cent soixante-huit (523.604.368) FCFA.

« Malgré cette réduction considérable, la SBT n’a pu recouvrer que cent trente-huit millions cent soixante-six mille sept cent (138 166 700) FCFA auprès des éditeurs, soit 26 % du montant attendu. Au titre de l’année 2021, les recettes attendues sont d’un milliard cent quatre millions huit cent soixante-quatorze mille huit cent cinquante un (1.104.874.851) FCFA. Le total facturé au 10e mois de l’année est de huit cent vingt-six millions huit cent vingt-trois mille quatre cent quarante-quatre (826.823.444) FCFA. A ce jour, nous n’avons pu recouvrer que cent cinquante millions soixante-deux mille cinq cents (150.062.500) FCFA soit 18 %  », explique le DG.

Il ajoute que seulement 4 éditeurs de services sont à jour du paiement de la redevance de diffusion, et 3 ont payé partiellement et font des efforts afin d’apurer leurs comptes selon un échéancier convenu. Les 9 éditeurs de services restants, dit-il, demeurent débiteurs des sommes dues au titre de l’année 2020 et 2021 soit un montant total de 736.792.152F CFA.

La non-réaction des éditeurs

Le directeur général de la SBT, B. Fidèle Aymar Tamini, affirme que malgré les multiples relances et mises en demeure, la plupart des éditeurs de services sont restés sans réaction. Et que suite à la réunion tenue ce jour au Conseil supérieur de la communication (CSC), ils ont convenu d’arrêter la diffusion  des programmes des éditeurs de services non à jour du paiement de leurs redevances de diffusion. Le  CSC à son tour s’assume vis-à-vis des éditeurs d’un délai supplémentaire de trois semaines pour compter d’aujourd’hui.

« Il est attendu de chaque éditeur non à jour et avant le 23 novembre une lettre d’engagement ferme à payer les redevances, une proposition d’échéancier pour l’apurement de la dette et le paiement de cinq factures », conclut-il.

Pour rappel, le Burkina Faso s’est engagé à opérer une transition vers la télévision numérique de terre (TNT) par le biais de la SBT en décembre 2017. Le 1er novembre 2019, elle a opéré le basculement de la télévision analogique à la télévision numérique de terre avec un multiplex composé de dix-sept chaines nationales à réception gratuite.

Saly OUATTARA

Burkina24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page