16e édition Ciné Droit Libre : Discussion autour des « futurs pour nos enfants »

La 16e édition du Festival Ciné Droit Libre, ce sont des animations, des plateaux-télés-débats sur des thèmes d’actualité, de l’humour, des dons de vivres aux Personnes déplacées internes (PDI), des concerts… C’est aussi le dialogue démocratique. Cette dernière activité, tenue ce samedi 11 décembre 2021 à l’Institut français de Ouagadougou, a enregistré la participation du Pr Lascony Nysymb, historiographe et de Younoussa SANFO, Professeur de cybercriminalité à l’Université Thomas Sankara (UTS). 

La suite après cette publicité

« Quels futurs pour nos enfants ? », thème central de la 16e édition du Festival Ciné Droit Libre a donc été le thème de ce dialogue démocratique, qui a eu pour modérateur l’analyste politique, Abdoulaye Barry. Younoussa Sanfo, Professeur de cybercriminalité à l’Université Thomas Sankara (UTS), intervenant sur ledit thème, a plus accentué sa communication sur le numérique.

Il a fait le constat que les appareils technologiques aujourd’hui mis sur le marché de consommation sont de plus en plus petits, performants. Lesquelles caractéristiques favorisent leurs convoitises, surtout auprès de la jeunesse. Et, une fois qu’on les a, les habitudes, les relations sociales, la culture sont influencées.

Il s’est alors interrogé sur le futur des enfants dans ce monde interconnecté, qui voit des enfants d’un certain âge posséder des smartphones, des tablettes, etc. et aussi sur la responsabilité parentale et la responsabilité collective. Il est nécessaire, selon lui, de donner plus d’informations aux enfants, « les programmer » pour qu’ils soient mieux préparer à gérer leur identité numérique.

Pr Lascony Nysymb, historiographe, est intervenu sur « l’avenir des enfants face au modernisme et à l’acculturation ». Pour lui, l’avenir de nos enfants, c’est avant tout le système éducatif. A cet effet, il préconise la refonte de ce système. Et pour ce faire, il propose que l’on fasse appel à l’ancrage culturel.

Il a également dénoncé la déportation de la jeunesse africaine vers l’occident, due au désespoir et au manque de perspectives du continent africain. Pour l’essentiel de son intervention, le professeur a beaucoup mis l’accent sur l’éducation ou sur la nouvelle forme d’éducation que devrait recevoir les enfants africains.

Pour rappel, cette 16e édition a ouvert ses portes le 4 et les ont refermées ce 11 décembre 2021. « Quels futurs pour nos enfants ? », c’est le thème central qui a guidé toute l’édition. L’artiste ivoirien, Alpha Blondy, en était le parrain.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page