Projets communautaires de l’UEMOA : Une avancée satisfaisante pour le Burkina

La 7ème  revue annuelle des reformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA  s’est tenue le mardi 18 janvier 2022 à Ouagadougou. Il ressort qu’en 2021, le Burkina Faso a maintenu une performance très satisfaisante.  

La suite après cette publicité

La délégation de la commission de l’UEMOA et le gouvernement burkinabè ont échangé sur les conclusions consignées dans le mémorandum.

Le ministre de l’économie, des finances et du plan, Lassané Kaboré affirme que cette rencontre fait suite  à des travaux techniques entre les experts de l’UEMOA et ceux du Burkina les 15, 16 et 17 novembre 2021 à Ouagadougou.

« Notre réunion de ce matin vise à examiner les conclusions et recommandations de ces travaux techniques, à en apporter des améliorations éventuelles en vue de les soumettre à l’attention de son excellence Monsieur le Premier ministre », dit-il.

 La performance du Burkina

Il ressort de cette rencontre que malgré la pandémie de covid-19, l’UEMOA est très satisfaite des actions menées par le Burkina Faso. Elle dit noter des avancées significatives dans les secteurs clés qui intéressent tous les acteurs de la vie économique et sociale qui intéressent les partenaires techniques et financiers comme le domaine de la gestion publique, dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme et dans le domaine sectoriel.

« La pandémie de covid-19 a durement impacté la marche de nos activités, a maintenu sa performance très satisfaisante avec un taux de mise en œuvre des reformes de 88.1% contre 87.6% en 2020, soit une progression de 0.5 point de pourcentage », confie Abdoulaye Diop, président de la commission de l’UEMOA.

Il ajoute que ce qui est intéressant dans l’analyse des performances du Burkina dans les trois composantes à savoir la composante concernant le domaine de la gouvernance économique et de la convergence, la composante qui concerne le marché commun et la composante qui concerne les reformes, l’analyse de la moyenne des trois composantes montre la moyenne des niveaux d’exécution en terme de taux et autour de la moyenne globale.

«  Dans certains pays certainement vous verrez une composante où le taux est très élevé, une autre composante où c’est moins et une autre où c’est très bas ; cela veut dire qu’on performe ici. Alors que quand nous regardons le niveau du Burkina, au niveau des différentes composantes, nous notons véritablement un niveau qui est très performant, ce qui veut dire qu’il y a un engagement général sur toutes les reformes, sur tous les projets et programmes pour mener à bien toutes ces missions qui sont les nôtres », conclut-il.

Pour rappel, les 15, 16 et 17 novembre 2021, se sont tenus à Ouagadougou des travaux entre les experts de l’UEMOA et ceux du Burkina, qui ont permis d’examiner l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la revue de 2020 et de passer en revue les reformes politiques ainsi que les projets et programmes financés par les organes de l’Union.

Saly OUATTARA

Burkina24  

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page