Dette sur le marché financier régional : Le Mali accuse la BCEAO d’avoir violé ses statuts

Le Mali n’a pas pu s’acquitter d’un paiement de 2,6 milliards de francs CFA sur le marché financier régional. Le pays explique avoir les fonds suffisants, mais ne pas pouvoir y accéder à cause des sanctions adoptées par la Cédéao et l’Uémoa (Union économique et monétaire ouest-africaine) en janvier 2022.

La suite après cette publicité

Le gouvernement malien a annoncé ce 3 février 2022 qu’il n’avait pas pu payer fin janvier des sommes dues sur le marché financier régional. Il met en avant la disponibilité de fonds pour honorer ses engagements, mais l’impossibilité d’y avoir accès à cause des sanctions imposées par les États ouest-africains.

« À cause des restrictions et malgré des avoirs suffisants du Trésor public du Mali dans ses livres, la Banque centrale (des États de l’Afrique de l’Ouest, BCEAO) n’a pas procédé au règlement de l’échéance du 28 janvier 2022″, affirme le gouvernement dans un communiqué, signé le 3 février 2022, par le ministre de l’Économie et des finances Alousséni Sanou rapporté par TV5 Monde.

Le Mali « a toujours honoré ses engagements sur le marché financier (et) tient à rassurer les investisseurs de sa volonté et de sa capacité à faire face à ses engagements« , ajoute le texte. Il accuse la BCEAO d’avoir violé ses statuts, en appliquant les sanctions financières décidées par les organisations régionales contre la junte au pouvoir à Bamako.

En rappel, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Uémoa ont pris le 9 janvier 2022, une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l’encontre du Mali. Elles sanctionnent l’intention de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années, après deux putschs en août 2020 puis en mai 2021.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page