Éthiopie : Négociations possibles avec la rébellion du TPLF

Éthiopie –  S’exprimant face à la chambre basse du Parlement, le Premier ministre a fait savoir les mardi 22  et mercredi 23 Février 2022 dans un exercice de justification publique qu’il a notamment évoqué de possibles négociations avec la rébellion du TPLF à l’avenir. 

La suite après cette publicité

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a présenté son approche comme s’inscrivant dans le cadre d’une politique d’apaisement de la société après bientôt seize mois de guerre contre la rébellion du Tigré.

Deux jours durant, il s’est agi pour le Premier ministre face aux députés de tenter de les convaincre sur la position actuelle de son gouvernement éthiopien au regard du contexte nouveau et très changeant.

Le premier jour, il s’est félicité de la reprise de l’économie après le reflux des combats, et a annoncé de nouvelles privatisations. Le second jour fut l’occasion pour lui de situer sa position sur les perspectives de paix dans son pays. Il a par ailleurs fait savoir qu’à ce jour aucune négociation n’a été engagée avec la rébellion du TPLF, mais que « cela n’excluait pas la possibilité de négocier ».

La récente libération de prisonniers politiques n’avait pas été approuvée par une partie de son propre camp. A ce sujet, il a indiqué que cela répondait au souci d’« apporter une paix durable, en tenant compte de la situation générale des prisonniers, et de consolider la victoire » militaire sur le TPLF.

Abiy Ahmed travaille également à resserrer les rangs au sein du Parti de la prospérité, présentement secoué par des querelles internes. Le « dialogue national » en cours est pour lui une chance pour également ramener la paix dans son pays.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page