Tahirou Barry à son « très cher grand frère » Kassoum Kambou

Très cher grand frère,

La suite après cette publicité

Lorsque je me suis aligné pour la prière funéraire au CERFI devant votre cercueil,juste avant votre dernière course vers la tombe, j’ai une fois de plus , compris avec Sénèque que « La vie n’est qu’un voyage vers la mort « .

Votre voyage si riche en enseignements doit inspirer chaque génération..
Durant notre pèlerinage, après le dîner quand nous restions souvent à deux, vos témoignages m’ont souvent bouleversé.

Que de menaces, de pressions, de tentatives de corruption, de trahisons, de privations endurées  dignement et dans le silence durant votre parcours et particulièrement dans l’épisode de l’Affaire Norbert Zongo en temps que président de la commission d’enquête indépendante sans jamais trahir votre mission ni votre engagement.

Au plan personnel et spirituel, vous avez toujours présenté de grandes qualités humaines et des convictions religieuses fortes.

Toujours humble et disponible malgré votre rang professionnel et votre niveau intellectuel, vous avez compris que la vie de l’homme sans la foi n’est qu’une chimère. J’étais souvent confus quand je vous voyais vous surpasser physiquement pour multiplier certains rites du pèlerinage mieux que certains d’entre nous les plus jeunes de notre délégation.

Aussi, comment pourrais-je oublier votre sens de l’humour pour mieux passer certains messages. Je peux l’avouer… lorsque pour la première fois à la mecque, je me suis drapé approximativement dans les seuls 3 tissus blancs comme tenue tel que prescrit par la sunna et me retrouvai assis en face de vous dans une posture négligente par oubli, vous avez vite attiré mon attention avec la manière en m’invitant à prendre des dispositions « pour ne pas gâcher votre hadj »… Ainsi l’incident fût clos sans bruit et sans éveiller l’attention des autres.

Vous m’avez aussi prévenu plusieurs fois avec humour avant les élections couplées de 2020 que j’avais une seule et dernière chance de gagner la présidentielle si je voulais que vous présidez en tant que grand frère ma cérémonie de prestation de serment. Je pensais que cela était lié à la fin de votre mandat en tant que président du Conseil Constitutionnel.

Je me rends compte aujourd’hui, qu’au-delà de la fin de votre mandat, il s’agissait en réalité de la fin de votre mission sur terre.

Va en paix mon grand frère de Gaoua.
Vous avez accompli votre mission sur terre.

Puisse Allah vous accorder sa grâce et sa miséricorde infinie.

Tahirou Barry, personnalité politique

Ancien ministre en charge de la culture 

(*Le titre et la signature sont de Burkina24)

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page