Kenya : Le président William Ruto lance le « fonds des débrouillards » destiné aux indigents

Kenya – William Ruto au cours de la campagne électorale qui l’a conduit à la State House, le Palis présidentiel Kenyan à Nairobi, la capitale, s’était présenté comme le héraut de la « Hustler Nation », la nation des « débrouillards, ceux qui se battent au quotidien pour survivre ». Il disait avoir comme adversaire l’alliance des « dynasties » ou encore des bourgeois. 

La suite après cette publicité

Le 30 Novembre dernier, le nouveau président kényan, William Ruto a annoncé le lancement officiel d’un « fonds des débrouillards », pour servir des prêts à faible taux d’intérêt aux plus pauvres, réalisant ainsi l’une de ses promesses de campagne faites aux électeurs.

Ce fonds est doté de 50 milliards de shillings (408 millions $), et offrira aux Kényans majeurs disposant d’une application de transfert d’argent par téléphone mobile des prêts personnels allant jusqu’à 50 000 shillings soit trois-cent mille francs Cfa à un taux d’intérêt de 8 % par an, soit un taux largement inférieur à ceux pratiqués par les banques locales.

Autrement, ce fonds devrait aussi servir des prêts aux PME et aux start-ups. « Avec ce programme, le gouvernement s’engage à créer pour des millions de personnes au bas de notre pyramide économique des opportunités de progresser et de réaliser leurs aspirations. Un crédit plus abordable renforcera la confiance des emprunteurs et injectera des sommes importantes dans l’activité productive dans toute l’économie », a déclaré le président kényan.

Pour bénéficier de ce crédit, les Kényans devraient obligatoirement ouvrir un compte d’épargne, 5 % du montant du prêt souscrit étant automatiquement versé dans un plan d’épargne personnel que le gouvernement abondera pour un maximum de 6 000 shillings par an (un peu plus de 29.500 Francs Cfa).

Cinquième président de la République du Kenya, William Ruto a prêté serment le 13 septembre dernier alors que le pays est durement frappé par une longue vague de sécheresse historique et une forte inflation et une lourde dette de 70 milliards $.

Quelques jours après son investiture en Septembre dernier, il avait annoncé l’instauration d’un impôt sur les grandes fortunes. Pour lui, le recours aux prêts pour financer le budget de l’Etat est à éviter autant que possible.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Agenceecofin

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page