Sénégal: Deux ans de prison ferme requis contre les deux députés qui ont bastonné leur collègue

publicite

Sénégal – Deux ans de prison ferme ont été requis contre les députés de l’opposition Massata Samb et Mamadou Niang. Ces derniers avaient comparu devant le juge ce lundi 19 décembre, à Dakar, la capitale sénégalaise pour « coups et blessures volontaires » contre Amy Ndiaye. Les faits se sont déroulés le 1er Décembre dernier en pleine session à l’Assemblée nationale où l’élue de la coalition au pouvoir avait reçu une gifle et un coup de pied dans le ventre. Les prévenus nient les faits qui leur sont reprochés.

La suite après cette publicité

« Je n’ai pas giflé Amy Ndiaye », affirmé Massata Samb qui assure avoir voulu tenter de lui « arracher son foulard ». Quant à Mamadou Niang, auteur du coup de pied, il explique avoir voulu « s’interposer » quand Amy Ndiaye lançait une chaise en direction de son collègue.

Me Baboucar Cissé, l’un des avocats de la députée, estime que les prévenus « nient l’évidence » : « C’est un moyen de défense. Les images ont été vues à travers toutes les chaînes de télévision, les réseaux sociaux. Ils parlent d’une certaine attaque vis-à-vis de leur guide religieux, mais ils ne sont pas à l’Assemblée par le biais de leur guide religieux, ils défendent les intérêts du peuple ! C’est une agression bien planifiée. »

Pour leur défense, la députée avait tenu des « propos irrévérencieux et déplacés » envers Serigne Moustapha Sy, guide religieux et président d’honneur du parti PUR. Les avocats ont donc plaidé « l’excuse de provocation » et demandé la relaxe en ces termes: « Ce qui a particulièrement retenu notre attention est l’absence de la plaignante, Amy Ndiaye, qui a alerté toute l’opinion nationale et internationale pour se plaindre et aggraver l’effet, explique maître Adama Fall. Nous avons espoir que le juge retiendra les faits sous une autre qualification, dans leurs mesures et leurs proportions. »

Pour le parquet, l’argument ne tient pas car « s’ils se sentaient offensés, ils avaient d’autres moyens de protester », a affirmé la procureure qui s’est adressée au président du tribunal. « Vous êtes le dernier rempart de la protection de la gent féminine », a-t-elle exprimé.

Amy Ndiaye était absente lors de l’audience pour des raisons de santé. « Elle est enceinte », ont souligné ses avocats, rapport médical à l’appui. La défense de la députée réclame 500 millions de francs CFA de dommages et intérêts alors que le jugement a été mis en délibéré au lundi 26 décembre.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page