Le ministère de la santé lance l’offensive contre la méningite

Il s’est tenu à Ouagadougou ce jeudi 2 février 2022 une rencontre d’information et d’échange à l’endroit des Hommes de média sur la méningite. L’initiative est du ministère de la santé et de l’hygiène publique et de Global Health Security/jhpiego. 

La suite après cette publicité

Le 18 janvier 2023 en conseil des ministres, le ministre de la santé et de l’hygiène publique Dr Robert Kargougou faisait une présentation sur un plan de préparation et de riposte à une éventuelle épidémie de méningite en 2023 au Burkina Faso. C’est allant dans le sens d’une sensibilisation à grande échelle sur les dangers de la méningite qu’une telle rencontre est initiée.

Le taux de létalité a fortement baissé

La rencontre a été pilotée par Dr Drissa Lengane de la direction de la protection de la santé et de la population et Dr Annick Sidibé conseillère technique à Global Health Security/jhpiego. Des échanges, il est ressorti que de 2010 à 2022, il y a eu une nette réduction de la létalité due à la méningite. « De 6837 cas détectés en 2010, il y a eu 989 décès et 14,47% de létalité. Contre 1685 cas détectés en 2022 avec 83 décès et 4,9% de létalité », a indiqué dès l’entame Dr Drissa Lengane. 

Dr Drissa Lengane de la direction de la protection de la santé et de la population
Dr Drissa Lengane de la direction de la protection de la santé et de la population

Nonobstant, il a souligné que la population doit maintenir le cap en prenant les dispositions nécessaires et adopter les bons comportements. En effet, depuis le 1er janvier 2023 au 29 janvier 2023, 145 cas suspects de méningite ont été recensés. Et cela a engendré 6 décès. « La méningite constitue une des causes de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans », a-t-il déploré.

Des actions entreprises pour lutter contre une éventuelle épidémie

Bien que des cas ont été identifiés, Dr Drissa Lengane a rassuré que le Burkina Faso n’est pas confronté à une épidémie de méningite. Il a d’ailleurs relevé les contextes qui pourraient favoriser une épidémie de méningite. A l’écouter, cela pourrait être dû à la survenue d’épidémie dans la sous-région ; à l’existence de zones à sécurité précaire entraînant des fermetures de formations sanitaires ; mais aussi et surtout les conditions climatiques: harmattan sur une longue durée…

Les participants à la rencontre d'information sur la méningite
Les participants à la rencontre d’information et d’échange sur la méningite

Néanmoins, il a soutenu que le ministère de la santé a entrepris des mesures pour lutter efficacement contre la méningite afin d’éviter tout foyer épidémique. Il s’agit entre autres de la réalisation des investigations épidémiologiques ; de la supervision intégrée des agents sur la surveillance intégrée de la maladie et la riposte ; de la diffusion des messages clés sur les radios et télés locales dans le cadre de la lutte contre les maladies à potentiel épidémique dont la méningite.

Dr Drissa Lengane a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme sur les signes cliniques de la méningite qui sont généralement composés de fièvre, des maux de tête, d’une raideur de la nuque, d’une peur de la lumière et de l’altération de la conscience. Chez les nourrissons, les signes rencontrés sont le bombement de la fontanelle, le plafonnement du regard, une nuque molle, des convulsions…

Aminata Catherine SANOU  

Burkina 24  

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page