Burkina Faso : «Désormais, les enfants bénéficieront d’une vaccination contre l’hépatite B dès leur naissance» (Lucien Kargougou)

Le ministre en charge de la santé, Dr Lucien Kargougou a donné le coup d’envoi des travaux de la première session du cadre sectoriel de dialogue santé ce mardi 28 février 2023. Les discussions au cours de cette rencontre qui se tient au Centre hospitalier et universitaire de Tengandogo graviteront autour de la performance de leur secteur durant l’année 2022, la mise en œuvre des recommandations de la précédente revue, et les perspectives pour le deuxième semestre de 2023. 

La suite après cette publicité

Le ministre Kargougou a, en termes de bilan, indiqué que l’année 2022 a été particulièrement marquée au niveau national par les répercussions de la persistance de la double crise de la pandémie à covid-19 et les attaques terroristes qui ont impacté la mise en œuvre des activités.

Malgré cette situation difficile, le ministre Kargougou a relevé que son département a engrangé des acquis importants. «À ce titre, je vais citer : la construction de nouvelles infrastructures de santé (CSPS et hôpitaux) ayant permis de réduire fortement la distance moyenne que doit parcourir une personne pour accéder à un centre de santé qui n’est plus que de 5,3 km. Plus de 11 millions d’enfants de moins de cinq ans, plus de sept millions d’euros femmes enceintes ont bénéficié de soins dans les formations grâce à la gratuité des soins. Cette gratuité est d’ailleurs étendue aux personnes âgées et aux personnes vivant avec le VIH », a-t-il entre autres cité.

Aussi, a-t-il signalé que dans le cadre de la lutte contre la maladie à COVID-19, 3 525 086 personnes ont été complètement «vaccinées, c’est-à-dire immunisées contre la maladie». «Dans le cadre de la vaccination, nous avons également procédé à l’introduction de nouveaux vaccins dans le programme élargi de vaccination. Désormais, les enfants bénéficieront en plus, d’une vaccination contre l’hépatite B dès leur naissance, des filles seront vaccinées contre le virus responsable du cancer du col de l’utérus dès leur âge de neuf ans (le papillomavirus)», a-t-il confié.

S’agissant de l’aide humanitaire, Lucien Kargougou a affirmé que son département a décaissé plus de 160 millions de francs CFA pour la prise en charge des familles démunies. «La norme minimale en personnel de santé a été atteinte principalement pour les médecins et les sages-femmes et maïeuticiens d’Etat. Au total, 200 communes urbaines et rurales ont bénéficié de points de vente de vivres à prix subventionnés», a-t-il informé.

Pour ce qui est des perspectives pour l’année en cours, le ministre de la santé a assuré qu’il est prévu la création de postes de santé avancés et les cliniques mobiles dans les zones affectées par la crise sécuritaire ainsi que la remise en fonction de certaines formations sanitaires fermées ou fonctionnant à minima. À l’en croire, il est également prévu l’ouverture des centres hospitaliers de Bobo-Dioulasso et de Manga et le lancement des travaux de construction du centre hospitalier régional de Gaoua au cours de cette année.

Pour terminer, le ministre a appelé ses collaborateurs à «examiner sans complaisance les différents documents soumis et à porter une analyse critique des résultats atteints, afin que nous abordions avec sérénité l’année 2023».

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page