L’Association Dialogue sans frontières présente un livre sur les pactes culturels de non-agression de la région du Centre-Est

publicite

Les membres de l’Association Dialogue sans frontières ont organisé un déjeuner de presse ce mercredi 6 décembre 2023, au cours duquel ils ont présenté les résultats d’une étude menée sur « les pactes culturels de non-agression de la région du Centre-Est ou promotion de l’approche ‘’se regarder dans le miroir’’ » contenus dans un livre. L’étude a concerné 3 provinces et 12 communes que regroupent cette région. 

La suite après cette publicité

Cette étude a été initiée dans le cadre d’un projet de l’Association dénommé « Sous l’arbre à palabre : inclusion et dialogue pour le vivre ensemble dans la paix ». Ledit projet revêt pour l’objectif de contribuer à la prévention des conflits et à la résilience des femmes, des jeunes et des communautés vulnérables face à l’extrémisme violent et aux menaces terroristes dans la région du Centre-Est.

Ce projet permet non seulement d’améliorer la connaissance, la communication et la compréhension mutuelle entre les communautés mais aussi renforcer le dialogue et la résilience des communautés pour la paix et la cohésion sociale avec une implication des jeunes et des femmes. Aussi, l’étude traite-t-elle de la parenté à plaisanterie.

Dr Jean-Pierre Salambéré
Dr Jean-Pierre Salambéré

Dr Jean-Pierre Salambéré qui a conduit ces travaux a souligné la thématique abordée est « très pertinente » parce qu’elle cadre avec le contexte actuel du pays. Pour lui, ce document servira de référence pour orienter et donner des informations sur les pactes culturels de non-agression au Burkina Faso en général et la région du Centre-Est, en particulier.

« Ce qu’on peut retenir c’est que c’est une mine inestimable. Il y a beaucoup de valeurs qui, malheureusement souvent ne sont pas mises en avant. Mais l’étude permet de relever des alliances à plaisanterie, des parentés à plaisanterie, des pratiques d’usage aussi sociologique ainsi que tout un ensemble d’interdits qui contribuent à réguler les relations, voire à protéger aussi une relation non-conflictuelle avec les ressources de l’environnement », a-t-il avancé.

Filippe Savadogo, président de l'association
Filippe Savadogo, président de l’association

Selon Filippe Savadogo, les pactes culturels de non-agression sont les fondamentaux du droit coutumier en termes d’accompagnement et d’éléments. « Parce que l’on croit toujours qu’il n’y a aujourd’hui que le droit par exemple d’origine napoléonienne mais dans nos communautés, dans nos régions, il y a un droit coutumier, il y a des régulateurs de société qui nous permettent de renforcer la cohésion sociale et le vivre-ensemble.

Lorsque par exemple, nous parlons du Sud-Ouest, les gens disent que voilà chez nos grands-pères, les dagari, les lobi, il n’y a pas de chefferie. Ce n’est pas exact. Nous avons une organisation lignagère qui prend en compte toutes ces questions-là », a-t-il expliqué.

Le livre n’est pas à vendre, il est disponible au siège de l’Association dialogue sans frontière. De mémoire, cette association émane des mouvements des acteurs en faveur du dialogue entre les peuples, les religions et les cultures en Afrique et dans la diaspora.

Willy SAGBE 

Astride Marlie SOLE (Stagiaire)

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page