Bobo-Dioulasso : Dans huit mois, le centre de transformation artisanale du coton verra le jour

publicite

Le ministre en charge du Commerce et du Développement industriel, Serge Poda, a donné le top départ des travaux de construction du Centre national d’appui à la transformation artisanale du coton (CNATAC), le vendredi 16 février 2024, à Bobo-Dioulasso. Ce lancement s’est effectué en présence de plusieurs autorités administratives, coutumières et religieuses, en plus des acteurs locaux de l’artisanat. 

La suite après cette publicité

Mettre tout en œuvre pour permettre la transformation des produits locaux ici même au Burkina Faso, telle est la raison principale qui a guidé les autorités de la Transition à lancer les travaux de construction du CNATAC. Ce centre après sa construction, permettra de renforcer les capacités techniques des artisans en matière de transformation du coton. 

Il s’agira, selon le ministre Poda, de donner des cours théoriques et pratiques aux artisans en termes de tissage, de teinture, et de coupe-couture. « Ce centre permettra à tous ces acteurs, de disposer de toute la connaissance nécessaire pour donner des produits de bonne qualité issus du coton« , a indiqué le ministre Serge Poda. 

Il a précisé que le site du CNATAC va s’implanter sur une superficie de 10 hectares dans la zone industrielle (site route Bama) de Bobo-Dioulasso. Le coût du projet est de 3,5 milliards de FCFA. Le ministre Poda a insisté sur le délai strict de livraison du chantier, qui est fixé à 8 mois précis. Ce projet ambitieux, a souligné le ministre, sera réalisé avec l’appui technique et financier de l’Agence italienne de développement (AID). 

Le lancement des travaux de construction du CNATAC est accueilli comme un « ouf » de soulagement au sein des faîtières artisanales. « C’est un sentiment de joie qui m’anime aujourd’hui car nous aurons un centre qui va renforcer la capacité des acteurs, rendre le travail plus professionnel et technique« , a déclaré la Présidente de la Chambre des métiers et de l’artisanat du Burkina, Germaine Compaoré. 

Elle a affirmé que ce type d’infrastructure à longtemps été réclamé par les acteurs. « C’est le CNATAC qui vient réaliser notre rêve. Nous exprimons notre joie au nom de tous les artisans« , a lancé Germaine Compaoré. Elle a souhaité que ce centre devienne une référence en matière de formation des artisans. 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page