Tribune | Kamanga Mathias Zida invite à préserver le vivre-ensemble

publicite

Ceci est une tribune de Kamanga Mathias Zida, Citoyen burkinabè, Coordonnateur du mouvement spontané Actions civilo-militaires pour la cohésion sociale (A.C-M.C.S), appelant à maintenir la collaboration avec les Forces combattantes et à préserver le vivre-ensemble au Burkina Faso. 

Les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), sous le leadership du Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la Transition, Chef de l’État, depuis un certain temps maintenant, ont décidé d’aller à l’offensive. Autrement dit, il n’est plus question pour nos Forces combattantes de se laisser surprendre par l’ennemi, de subir. Les résultats engrangés après une telle décision, nous les connaissons, nous les saluons et nous en sommes fiers.

La suite après cette publicité

L’ennemi et ses alliés, déboussolés, usent de toutes les stratégies possibles, même des plus ignobles, pour tenter de nous déstabiliser, de mettre à mal la bonne dynamique de nos vaillants combattants et héros. Oui, tentez de nous déstabiliser ; c’est votre choix. Mais y parvenir, jamais. En vous attaquant à des fidèles chrétiens et musulmans, vous avez espéré une guerre religieuse, un affrontement entre les croyants de ces deux religions.

En vous attaquant à des groupes ethniques, vous, ennemis du peuple burkinabè, avez tenté de justifier vos abominables actes par le fait de la discrimination, du rejet et de la marginalisation de ces groupes. Mais, la force de notre parenté à plaisanterie vous a démontré que c’est une perte de temps et d’énergie de vous aventurer sur ce terrain ethnique. Sur le terrain de la religion, les Burkinabè sont encore en train de vous faire comprendre que c’est peine perdue ; pas question pour un Burkinabè de s’attaquer à un autre Burkinabè pour des questions de croyances, de religion. Car nous sommes des Burkinabè avant d’être des Gourounsi, des Peulh, des Mossi, des Gulmantche… avant d’être chrétiens, musulmans…

Nous sommes sur la bonne voie pour réussir cette transition, ils le savent bien ces égarés. Nous sommes sur le bon chemin pour nous faire respecter et traiter comme des partenaires d’égal à égal, ils le savent encore bien ces enfants de l’impérialisme. Nous sommes sur le chemin indiqué pour que la voix du Burkina Faso compte dans le concert des nations, ils en sont conscients ces béni-oui-oui. Nous y sommes et nous devons nous y tenir pour que le pays des Hommes intègres, dont a rêvé feu le Capitaine Thomas Sankara, soit une réalité sous le Capitaine Ibrahim Traoré.

Mathias Zida

Comme cela a toujours été, il nous faut maintenir la veille. Il nous faut davantage collaborer les uns les autres avec les Forces combattantes. Tout mouvement ou individu suspect devrait être signalé au poste de police, au poste de contrôle, au poste de veille le plus proche pour que le travail de nos services de renseignement soit encore plus salué. Eh oui, si aujourd’hui nous louons le professionnalisme, le patriotisme, l’engagement et les bons résultats du Commandant Oumarou Yabré, à la tête de ce service ô combien important, c’est en partie grâce à la bonne collaboration entre Forces combattantes et populations que nous sommes. Continuons donc cette dynamique, continuons donc cet engagement patriotique.

Le choix que nous avons fait avec le Capitaine Ibrahim Traoré, celui de ne céder aucune portion de notre territoire, nous coûtera le prix de notre détermination et peut-être la vie. Mais nous décidons de payer ce prix fort pour la paix au Burkina Faso. Nous décidons de payer ce prix pour que le Burkina Faso reste debout. Quoi qu’il en coûte de payer ce prix, nous n’y rechignons pas. Il nous faut tenir, surtout durant cette année 2024. Pour la réussite de la Transition, oublions le négatif, pensons positif. Soyons désormais actifs, ne restons plus jamais passifs.

Forces combattantes, nous, populations, sommes fières de vous. Chacun et chacune de vous ainsi que vos familles, selon nos croyances, nous vous portons dans nos prières, dans nos rituels, dans nos cultes. Nous ne doutons un seul instant de vous ni de votre patriotisme. Et nous savons en retour que vous ne nous décevrez pas. Ensemble, boutons hors de notre pays, de notre espace sous régional (AES) et de l’Afrique le terrorisme et son cortège de délinquance financière.

La patrie ou la mort, nous vaincrons toujours !

Kamanga Mathias Zida

Citoyen burkinabè

Coordonnateur du mouvement spontané Actions civilo-militaires pour la cohésion sociale (A.C-M.C.S).

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Serge Pacome ZONGO

Tambi Serge Pacome ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page