Il a réalisé son rêve d’enfant: Construire son propre avion

3367 0

Devenir pilote et s’envoler à bord d’un avion, Asmelash Zeferu en avait toujours rêvé. Décidé à le réaliser, il s’est mis au travail. Après 10 longues années de recherche, il a réussi à construire son propre avion à partir de tutoriels sur le réseau social YouTube.

Recaler « pour un centimètre »

Depuis tout petit, Asmelash Zeferu rêvait d’avions. Il en fabriquait à partir du papier et les revendaient à ses camarades de classe pour pas grand-chose. Le désir de construire un vrai avion somnolait en lui, depuis ce temps jusqu’au jour où « pour un petit centimètre », il est recalé à la suite d’un entretien d’embauche pour formation de pilote de la compagnie nationale Ethiopian Airlines.

« J’ai regardé le recruteur dans le blanc des yeux et je lui ai juré qu’un jour, je serai le commandant de bord de mon avion », raconte Zeferu. Cela n’a entamé en rien la détermination de celui qui a toujours rêvé de devenir pilote. « Et regardez, quinze ans plus tard, le voilà mon K-570A ! »

Asmelash Zeferu

Et voici le K-570A

Déterminé comme jamais                        

Malgré le faible débit de connexion, l’Ethiopien passait de longs moments dans les cybercafés à regarder des tutoriaux sur YouTube, à noter et à mémoriser l’essentiel – ce que ses prédécesseurs ont laissé comme héritage. La nuit tombée, muni de sa lampe torche, Zeferu dévorait les bouquins traitant d’aéronautique.

En décembre 2014, il s’est mis au travail. A la suite de 570 jours d’accordage, il a réussi à assembler son avion à lui, le K-570A. Le K est mis pour sa maman du nom de Kiros et qui n’est plus de ce monde. « J’ai quitté mon job il y a un an et demi. J’ai décidé de consacrer mes journées à ma passion », explique-t-il.

Asmelash Zeferu a reçu plus de 110 000 birrs (environ 5000 euros) de donateurs privés en quelques semaines grâce à des reportages de la chaîne nationale EBC et américaine CNN. Il a aussi reçu de l’aide de l’entreprise éthiopienne de télécommunications. Avec cet argent, Asmelash Zeferu se sent désormais prêt à voler. La puissance de son moteur est passée de 30 à 78 chevaux.

Sa détermination se fonde sur l’échec des autres. « D’autres Africains avant moi ont tenté l’expérience. Un Ougandais, un Kényan… mais si je décolle à plus de deux mètres, je serai le premier à réussir cette prouesse sur le continent », s’enthousiasme Zeferu.

L’échec n’existe pas

A la question si cette deuxième tentative se soldait par un nouvel échec, l’apprenti inventeur répond : « Je n’ai pas échoué, j’ai juste trouvé 10 000 moyens qui ne fonctionnent pas », affirme-t-il, en citant l’inventeur américain Thomas Edison.

« Mon rêve est de faire partie de l’équipe de la NASA et de revenir dans mon pays pour créer une compagnie aérienne en 2031 », dit-il, avec précision. Il ne le fera pas pour concurrencer la compagnie nationale Ethiopian Airlines, précise l’Ethiopien. Il le fera pour vendre d’autres avions.

Une chose est sûre, son premier appareil restera en Ethiopie. Que le K-570A décolle comme prévu le 13 décembre prochain ou pas, il fera partie de la collection du musée de l’aviation d’Addis Abeba.

Oui KOETA

Burkina24

Source : lemonde.fr/afrique

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Koeta

Je pense que 'la vitalité d'un pays se mesure (en partie) à celle de ses journalistes'. Merci de participer à cela à travers vos retours de lectrices et lecteurs. I believe that 'the vitality of a country is meseared (in part) by that of its journalists'. Thank you for being part of the adventure by giving feedback.

Article du même genre