Sams’K Le Jah : « Ce ne sont pas ces menaces-là qui vont nous ramollir »

3937 0

Au lendemain de leur protestation contre la liberté provisoire accordée à Djibrill Bassolé, des leaders du Balai citoyen dont Smockey et Sam’s K Le Jah avaient annoncé faire l’objet de menaces. Au-delà de leur propre personne, Smockey, par ailleurs artiste-musicien annonçait le vendredi 13 octobre 2017 que  « la stabilité interne du pays même (est) susceptible d’être menacée à tout instant »,  

En marge de la commémoration du 30e anniversaire de la disruption de Thomas Sankara, le 15 octobre 2017, Sam’s K Le Jah est revenu sur ces menaces avec un peu plus de détails.

« Ça fait un moment et on s’est dit qu’il fallait en parler surtout quand le frère Basic (Souleymane Ouédraogo alias Basic Soul, leader du Balai citoyen, ndlr) a failli se faire agresser la dernière fois quand on a se rendait à la Place de la révolution », a-t-il informé en référence aux menaces dont ils se disent victimes.

Lire 👉👉 Burkina : Des menaces de mort contre Sams’k Le Jah et Smockey ?

En poursuivant, Sam’s K Le Jah, l’un des leaders du Balai citoyen relate avoir reçu des menaces via les appels téléphoniques. Et pas lui seulement. Il cite aussi son camarade de lutte, l’artiste Smockey. « J’ai également reçu des appels avec des numéros masqués, le frangin Smockey également », raconte-t-il.

C’est dans cette lancée, pour ne pas « attendre que l’irréparable soit commis avant d’en parler » que les alertes ont été lancées. Selon Sam’s K Le Jah, ces menaces ne sont pas à mesure d’entamer leurs convictions. « Qu’ils sachent que ce ne sont pas ces menaces-là qui vont nous ramollir », lance-t-il.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre