Energie renouvelable : La JED se connecte aux mines

408 0

Après avoir organisé les journées des acteurs avec les journalistes, la société civile, c’est au tour des acteurs miniers avec qui la JED va s’entretenir sur les questions énergétiques au Burkina Faso. D’où la cinquième édition des journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE). Elles se tiennent du 5 au 8 juillet 2018, à Ouagadougou.

L’accès aux services énergétiques n’est pas reluisant dans notre pays. Selon les derniers chiffres,  «nous sommes à 21% de taux d’accès à l’électricité contre un taux d’accès régional moyen de 40%. En milieu rural, le taux d’accès est de seulement 3% », a expliqué le président de l’Association des journalistes et des communicateurs pour les énergies et le développement durable (JED), Grégoire Bazié.

Le président de l’association a expliqué le choix d’organiser  des journées de communications sur les énergies avec les acteurs miniers par le fait qu’ils  « peuvent constituer l’un des piliers stratégiques dans la longue lutte pour l’indépendance énergétique ». Aussi poursuit-il, «par exemple la centrale thermique d’Essakane SA (57 MW), produit à elle seule les deux tiers de la centrale thermique de Komsilga, (…), évite d’empirer la situation énergétique du pay et a électrifié un village en collaboration avec la SONABEL(…)».

Pour cette édition, la JED a choisi pour président, le ministre de l’énergie, Ismaël Bachir Ouédraogo. Ce dernier a salué l’initiative de l’Association. « Nous devons être à mesure de guider les populations vers les meilleurs investissements et faire de telle sorte que nous puissions sortir de s difficultés que nous connaissons dans le secteur de l’énergie, (…), avoir des mécanismes à aller vite vers l’électrification. Certaines mines sont en surproduction mais impossible de desservir les régions qui sont juste à côté parce que le réseau n’est pas connecté,  parce qu’il n’y pas une opportunité d’échanger avec la mine et la SONABEL. Mais nous sommes en discussion avec les miniers pour voir comment matérialiser cette relation gagnante-gagnante », a-t-il expliqué.

Pour le parrain de la présente édition, président de la Chambre des mines du Burkina, Tidiane Barry, le thème «place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina Faso »,  est une invite à  approfondir la réflexion sur l’accès à l’énergie et qui va aboutir à des pistes de collaboration entre les acteurs miniers et les autres acteurs.

Aussi, ajouté-t-il, «la vision de la Chambre des mines du Burkina est que chaque mine soit un levier de développement pour sa zone et même au-delà. L’implantation d’une mine ne doit plus être perçue avec des inquiétudes mais comme une excellente aubaine, un levier pour le développement durable local. Sur la dizaine de mines que compte le Burkina, deux seulement bénéficient d’une connexion au réseau national. Les autres mines développent leur propre initiative pour accéder à l’énergie  durable».

«  La contribution de notre secteur à l’amélioration de l’accès à l’énergie peut être planifiée de façon plus structurelle à travers les partenariats entre les sociétés minière l’Etat et des partenaires au développement », a fait savoir le parrain.

Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre