Théâtre au Burkina : le CITO victime de ses succès.

Samedi 8 octobre 2011, 19h45,  face à la porte numéro 2 du stade municipal, une longue rangée de spectateurs attend, frémissante, d’avoir accès à la salle de spectacle du Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO).  » La fin de la faim » est au programme.

La suite après cette publicité
Le Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO). Ph. B24
Le Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO). Ph. B24

La fin de la faim est la 25e création majeure du Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou. Mise en scène par Mahamadou TINDANO et Joseph KABORE, cette pièce est inspirée du roman « Les dieux délinquants » de l’écrivain burkinabè Augustin Sondé COULIBALY. Depuis sa première diffusion, nombreux sont les spectateurs qui se bousculent devant les portes de ce théâtre pour communier avec les comédiens. Cependant, tous les soirs la salle du CITO est obligée de refuser du monde pour des raisons de sécurité et du fait de l’exiguïté de celle-ci. Cette présence massive de spectateurs est due à l’écho favorable qu’a reçu le spectacle auprès de la population et qui attire par l’actualité des sujets qu’il traite. « Je suis venu spécialement du quartier de la Zone Une pour voir cette pièce, faites un effort pour que je puisse avoir accès à la salle » s’écrie un spectateur à qui on venait de signifier le manque de place.

 La fin de la faim est une peinture décapante de notre société, où la jeune génération décide de passer à l’attaque et de jeter à la figure du commun des citadins son désarroi de crève-la-faim.

Le CITO est l’œuvre de personnes soucieuses de faire la promotion du théâtre burkinabè. C’est un espace qui rassemble tous les comédiens burkinabé et le public aussi. Il est l’une des structures artistiques les mieux organisées sur le plan national. Ce cadre dont la réputation ne cesse de croître, a du mal à chaque spectacle, à contenir ses fans. Les spectacles du CITO, disons-le, en valent la chandelle. Et c’est le lieu d’attirer l’attention des autorités culturelles du Burkina à travailler à ce que ce haut lieu de productions théâtrales ait un cadre digne de son rang.

Rialé

 

 

publicite


publicite

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Longue vie au CITO qui est vraiment une fiert? pour nous Burkinab

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page