L’ex-junte malienne donne ses points de vue au médiateur Blaise Compaoré

Le capitaine Amadou Sanogo et Djibril Bassolé © koaci.com

Une délégation de l’ex-junte malienne a été reçue en audience par le médiateur de la CEDEAO Blaise Compaoré, dans l’après-midi de ce mercredi 2 mai 2012. Elle a dit à sa sortie d’audience qu’elle est venue exposer ses points de vue sur les décisions de la CEDEAO et prouver que le contact n’est pas rompu avec le médiateur.

La suite après cette publicité

Pour le commandant Makalou Abdoulaye, chef de la délégation de l’ex-junte venue à Ouaga, le CNRDRE ne revient pas sur les propos tenus par le capitaine Sanogo sur les décisions prises par la CEDEAO sur le Mali. « Il s’agit pour nous de venir de la façon la plus respectueuse donner notre point de vue sur les décisions de la CEDEAO », a-t-il en effet dit. « On est libre de dire que ces décisions allaient à l’encontre de nos intérêts », ajoute-t-il.

« S’il y a des incompréhensions, c’est de notre devoir absolu de venir auprès de nos aînés exprimer nos sentiments », a poursuivi le chef de la délégation. Djibril Bassolé, le ministre en charge des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, viendra à la rescousse pour déclarer  « nous nous sommes expliqués » et en ce qui concerne les propos du capitaine Sanogo, que « tout ça a été rattrapé ». Pour lui, ce qui importe maintenant est de « conjuguer les efforts pour sauver l’essentiel ». Dans tous les cas, la délégation a expliqué qu’elle retournera exposer les fruits de sa visite à la base à Bamako aux fins d’échanges.

Quant à la situation qui a prévalu dernièrement à Bamako, le chef de la délégation parlera de « moments difficiles » qui arrivent souvent dans la vie d’une nation. C’est Djibril Bassolé qui reviendra encore à la rescousse pour reprendre les termes du capitaine Sanogo et traiter ces évènements « d’incident douloureux » qui ne remettait cependant pas en cause les institutions de la république.

Toutefois, le diplomate burkinabè  estime que le temps est maintenant à œuvrer pour que cet « incident » ne se répète plus.

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Bravo pour le r?le jou? par la CEDEAO… Cependant, la situation au nord du Mali est des plus chaudes. Il faut que les pays d’Afrique fassent la contre-offensive. Assez de coups de force!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page