Bassinko : les 50 premiers logements intégrés d’EAA livrés

Les 50 bénéficiaires de la phase I du programme de logements intégrés de l’Agence interministérielle et panafricaine pour l’eau et l’assainissement (EAA) ont reçu les clés de leurs logements sociaux à Bassinko dans l’arrondissement 8 de Ouagadougou, ce 16 décembre 2013. La phase II, qui projette la construction de 500 autres logements sociaux, a été lancée en présence des ministres en charge de l’eau et de l’habitat.

La suite après cette publicité
Un aperçu des 50 logements de la phase I du projet de logements intégrés de EAA au Burkina (Ph :B4)
Un aperçu des 50 logements de la phase I du projet de logements intégrés de EAA au Burkina (Ph :B4)

EAA a remis les  clés des 50 premiers logements sociaux intégrant les services d’eau et d’assainissement  au ministère burkinabè en charge de l’Habitat, ce 16 décembre à Bassinko.

C’est la phase I du programme de construction de logements intégrés, d’une valeur de 150 milliards de F CFA, entrepris par l’agence et qui vise à terme à donner plus de 10 000 logements intégrés aux populations de la ville de Ouagadougou.

Idrissa Doucouré, Secrétaire exécutif d'EAA (Ph : B24)
Idrissa Doucouré, Secrétaire exécutif d’EAA (Ph : B24)

La phase II, qui prévoit la construction de 500 logements sociaux, a été lancée par le dépôt de la première pierre par la marraine de la cérémonie, Mamounata Belem/Ouédraogo, ministre en charge de l’eau et de l’assainissement, du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Yacouba Barry et du Secrétaire exécutif de EAA, Idrissa Doucouré.

Cet investissement de EAA, agence spécialisée dans l’eau et l’assainissement, peut paraître incongru. Mamounata Belem avoue d’ailleurs que cela a été son sentiment premier lorsque le projet lui a été soumis.

Eau, assainissement et logement décent sont « indissociables »

Mamounata Belem, ministre en charge de l'eau, remettant les clés d'i, logement à l'une des bénéficiaires (Ph : B24)
Mamounata Belem, ministre en charge de l’eau, remettant les clés d’un logement à l’une des bénéficiaires (Ph : B24)

Mais Idrissa Doucouré explique que l’accès aux services d’eau et d’assainissement et à un logement décent sont « indissociables ».

L’exode massif des populations vers les zones urbaines et le faible taux d’urbanisation des villes entraînent des conséquences jugées « désastreuses » en terme de salubrité, d’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Cela a convaincu EAA d’adopter cette nouvelle approche, a-t-il indiqué.

« Personne ne peut vivre dans un habitat sans eau et sans toilettes », a renchéri Mamounata Belem, qui dit avoir fini par bien comprendre le sens de la politique d’EAA.

Critères des cibles

le revenu : disposer d’un revenu inférieur ou égal à 165 000 F CFA

– la taille du ménage

– le nombre d’années restant pour aller à la retraite

– la bancarisation

 

 

Cette opération de l’agence, menée en partenariat avec la Banque de l’Habitat du Burkina, entre dans le cadre du programme de constructions de 10 000 logements sociaux entrepris par le gouvernement burkinabè, a ajouté Yacouba Barry. Ce dernier a d’ailleurs souligné les besoins en matière de logements du Burkina.

Le pays doit produire 30 000 logements par an, dont la majorité à caractère social, dans les 20 prochaines années à venir afin de faire face à la croissance démographique et l’accroissement de la population urbaine, a révélé le ministre. Il indique que le gouvernement ne peut le faire seul et les projets dans le genre que promeut EAA sont à saluer.

 

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

2 commentaires

  1. O? et ? quand les inscriptions pour la phase II du programme des 500 autres logements sociaux?

  2. Regrouper, entasser les gens dans des villes pour d?serter les campagnes, LA meilleure solution ? Pas si s?r ! Aidons les gens ? vivre chez eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page