Situation explosive en Libye: la guerre et l’incendie enflamment la ville de Tripoli

La capitale libyenne est menacée par un incendie qui ravage un immense dépôt de stockage d’hydrocarbures.  Ce site de stockage de dérivés de pétrole contiendrait plus de 90 millions de litres de carburant en plus d’un réservoir de gaz naturel selon RFI. Un premier incendie a été déclenché dimanche soir par l’explosion d’une roquette sur un réservoir contenant plus de 6 millions de litres de carburant. Le site se trouve sur la route de l’aéroport, où se déroulent depuis plus de deux semaines de violents combats entre milices rivales qui ont fait plus de 97 morts et 400 blessés, selon un dernier bilan officiel. Feu tripoli Le gouvernement libyen a appelé à nouveau ce lundi les habitants des environs à quitter la zone, par crainte d’une « explosion d’une grande ampleur ». La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé en milieu d’après-midi que l’incendie était désormais « hors de contrôle », après le déclenchement d’un incendie sur un deuxième réservoir contenant plus de 10 millions de litres de dérivés de pétroles. Les autorités libyennes craignent la propagation des flammes aux réservoirs de gaz ménager. Le gouvernement a mis en garde dans un communiqué contre « une catastrophe humaine et environnementale aux conséquences difficiles à prévoir ». « Les pompiers ont quitté le site définitivement », en raison des combats qui se poursuivaient à proximité, a précisé un porte-parole de la NOC, craignant « une explosion inévitable ». Le gouvernement a appelé à plusieurs reprises à l’arrêt des combats, en vain. Face à l’incapacité avérée du gouvernement libyen de reprendre en main la situation sécuritaire et l’extension à Tripoli, la capitale libyenne, des combats entre milices rivales, des pays occidentaux — dont l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Italie — ont appelé hier leurs ressortissants à quitter de toute urgence la Libye. Ces mêmes combats avaient, rappelle-t-on, poussé la mission de l’ONU à quitter le pays à la mi-juillet. À Tripoli, une centaine de personnes ont été tuées et des centaines de blessées en deux semaines de combats entre milices rivales à Tripoli, selon le dernier bilan du ministère de la Santé. A Benghazi, dans l’est de la Libye, c’est aussi la guerre. Mais, cette fois, les combats opposent l’armée et les hommes du général Haftar au «Conseil de choura des révolutionnaires de Benghazi», une alliance de milices réputées proches des islamistes, selon El Watan. Au moins 38 personnes, pour la plupart des soldats, ont été tuées ces dernières 24 heures dans les affrontements.

La suite après cette publicité
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

11 commentaires

  1. Franchement le paradis libyen est devenu l'enfer des habitants de ce pays par l'entremise des diables occidentaux dont Dieu lui m?me dans les ?crits saints (Bible)nous avait pr?dit que ces derniers(France, les ?tats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie…)seront les causes de l'?garement de l'humanit?.Existe t-il une autre d?mocratie plus que la loi de Dieu que ces occidentaux r?futent en faisant all?geance avec le diable avec des termes de d?mocratie et libert?. Au moins Kadaffi ?tait d?mocrate en application de la loi de Dieu.

  2. A qui la faute? au temps de Muhamar Khadaffi nous n’avons pas connu cela!!!! C’est ce que les occidentaux appelle libert? et d?mocratie!!!

  3. c’etait ce q’il voulait. cette libert? manquait a la Lybie. Il faudra que la communaut? internationale se remobilise comme un seul homme pour lib?rer la lybie de sa libert?. le danger actuel est pir que le pr?c?dent.

  4. Ils n’ont rien vu d’abord,quand on pactise avec le diable,ce sont ces genres de fruits qu’on r?colte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page