Ouaga : Le siège du journal L’Evènement cambriolé

3486 48

Le siège du bimensuel burkinabè d’investigations, « L’Evènement » sis aux 1200 Logements à Ouagadougou, a été cambriolé au petit matin du 31 juillet 2014. Les différents bureaux ont été fouillés, et l’ordinateur du Rédacteur en Chef ainsi qu’une somme de 4 500 F CFA ont été emportés.

Le mobile n’est pas encore connu, de même que ce que cherchaient réellement les cambrioleurs. Les principales personnes touchées, notamment le Rédacteur en chef et le directeur de publication, sont absents de Ouagadougou et c’est à leur retour qu’on saura les dossiers qui ont été emportés.

En attendant, les circonstances du cambriolage ont été expliquées à Burkina 24 sur place par un journaliste de L’Evènement, Hamidou Traoré. Selon les explications données par le vigile qui était de garde, dans la nuit du 30 au 31 juillet, les cambrioleurs ont opéré entre 2h et 4h du matin.

« Le gardien a dit que chaque nuit, il peut passer vingt fois derrière [la cour]. Il peut même s’y asseoir. La veille, il a dit qu’il y était jusqu’à 2h du matin. Cependant, comme il pleuvait et qu’il n’y avait pas d’endroit pour s’abriter, il est revenu devant la cour. Après la pluie, il est sorti vers 4h pour aller vérifier les fenêtres. A sa grande surprise, il a vu qu’une partie de la fenêtre a été sectionnée.

Il a couru faire le tour du quartier. Il dit qu’il n’avait pas d’unités pour appeler. Il fallait attendre à 5h du matin pour que les premiers boutiquiers ouvrent leurs boutiques pour qu’il puisse avoir des unités pour appeler ses patrons », relate le journaliste.

Le bureau du Rédacteur en Chef, Newton Ahmed Barry, a apparemment le plus fait l’objet de l’intérêt des visiteurs nocturnes. « C’est le bureau du Rédacteur en Chef, Newton Ahmed Barry, qui a été sérieusement fouillé. Apparemment, il y a un ordinateur qu’ils ont pris. Ils ont jeté ses documents, fouillé ses armoires. Certainement un document qu’ils cherchaient là-bas », précise Hamidou Traoré.

La fenêtre de la cuisine a été cisaillée (© DR)
La fenêtre de la cuisine a été cisaillée (© DR)

Le bureau du directeur de publication, Germain Nama, a également été visité. Mais le matériel n’a cependant pas été emporté, confie notre interlocuteur. Toutefois, une somme de 4500 F CFA a été prise au secrétariat, dans la caisse où sont versés les recouvrements.

Tout porte à croire que les cambrioleurs étaient intéressés par des dossiers ou des documents. « Comme vous connaissez notre ligne éditoriale, nous sommes un journal d’investigations », rappelle Hamidou Traoré.

Mais Germain Nama, joint au téléphone par Burkina 24, dit attendre le retour de son Rédacteur en Chef pour faire le point afin de savoir si un ou des dossiers précis ont été emportés, avant de se prononcer définitivement sur le mobile du cambriolage.

La police de Wemtenga a procédé aux constats d’usage.

En début d’année (le 10 février 2014), un autre journal, « L’Opinion », avait fait l’objet d’un cambriolage. La Société des Editeurs de presse (SEP) s’était déclarée « préoccupée par cette insécurité dans le milieu de la presse et les actes d’agression ciblés sur la personne des journalistes et leurs lieux de travail » et avait appelé les autorités compétentes « à prendre toutes les dispositions utiles et à temps pour protéger les journalistes et leurs outils de production ».

Burkina 24

Il y a 48 commentaires

  1. Nous sommes dans une dictature militaire. Ce sont des barbares. Il n’y a aucun doute. C’est le travail du r?gime en place. Sinon qu’il nous prouve le contraire

  2. Le CDP veut nous amener ? la pens?e unique. Non, c’est impossible. Ils ne pourront rien contre la libert? d’expression. 2015, c’est leur terminus de gr? ou de force.
    Non au tripatouillage de la constitution. Non au r?f?rendum. Oui ? l’alternance et le changement.

  3. Ce cambriolage montre que vous faites du bon travail. Le r?gime policier du CDP ne pourra rien contre la libert? et la d?mocratie.

  4. Ya un gardien? Que s’est il r?ellement pass?? Faut penser aussi au cambriolage qui na rien a voir avec ce que vous dites. Si non je ne pense pas qu’? l’heure actuelle le pouvoir le fasse. Je peux vous assurer que le Pr?sident du Faso n’a m?me pas d’int?r?t ? ce que le cas NZ arrive au pays.mais c’est toujours plus prudent pour le directeur de publication et son staff de faire attention. Dieu prot?ge le Burkina Faso

  5. si un pouvoir de dictature arrive a son fin.tout devien possible pour certain juste pour cach? la peur de l’apres pouvoir.donc soyons pret a tout car ils feront tout pour ateindre leur objectif et detruire certaine preuve qui peuvent les detruire apr?s.

  6. Preuve que vous faites du bon boulot et preuve que la libert? d’expression n’est pas un acquis..Beaucoup de courage car le combat continue………

  7. Comme c’est risquant de tuer encore un journaliste, il faut detruire leur plan d’enquete. Fort sigbal. Faites bien votre travail et very be becareful. Courage.

  8. Un journaliste Algerien disait au plus fort du terrorisme islamiste qui ravageait son pays dans les ann?es 90 ceci:
     » tu parles, tu meurs! tu ne parles pas, tu meurs! alors PARLES ET MEURS!!!!!! »
    Nous veillons au grain et si par megarde ces fachos venaient ? vous intimider, nous les traquerons jusqu’? leurs tani?res, les d?busquerons et ferons leur f?te pour de bon!!!!!!
    O se connait ? Ouaga et plus personne ne se laissera faire encore sans broncher!!!!

  9. C’est une bon signe. C’est un signe qui montre que ce journal fait un tr?s bon bouleau. Le journal a mis la plume l? o? ?a fait mal. Courage. Nous vous aimons messieurs de l’Ev?nement. Vous faites du bon travail.

  10. c est une attaque apparemment commandit?e par ceux qui crient ? la paix au Burkina mais qui ont ?t? les premiers ? troubler cette paix et continuent de maintenir le pays dans un avenir incertain…

  11. Rien n’entamera la determination du peuple pas meme des actes l?ches de ce genre. ils peuvent continuer ? se masturber comme ils veulent. bientot la voix du peuple se fera entendre…

  12. Rien n’entamera la determination du peuple pas meme des actes l?ches de ce genre. ils peuvent continuer ? se masturber comme ils veulent. bientot la voix du peuple se fera entendre…

  13. Ils ont fouin? tous les camps ? la recherche d’informations en vain. Et maintenant ils s’attaquent aux journaux cr?dibles. Peine perdue. Quand les burkinab? n’en veulent pas ?a ne se fera point.

Les commentaires sont fermés.


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre