Appel à l’ex-majorité : « Chers camarades leaders, sortez du bois ! »

Ceci est une tribune Salia Amaria Issoufou qui s’adresse aux leaders de l’ex-majorité politique concernant la situation politique nationale. 

La suite après cette publicité

Chers camarades leaders, sortez du bois et assumez vos responsabilités devant le peuple et devant l’histoire !

Chers Camarades leaders,

Les événements survenus au cours de ces derniers jours et qui ont conduit à la démission du Président Blaise COMPAORE  et votre attitude actuelle nous obligent à interpeller  les uns et les autres sur leurs responsabilité et les options que nous pensons appropriées à la situation.

Avant tout propos, nous tenons à souhaiter un prompt rétablissement aux blessés et  à présenter  nos condoléances les plus attristées aux familles éplorées du fait de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Nous n’oublions pas aussi ceux qui ont été éprouvés par la destruction de leurs biens matériels.

Ceci dit, la situation que nous connaissons aujourd’hui est la résultante de notre appréciation erronée de la détermination et de l’expression  du Peuple par rapport aux besoins de changements profonds du leadership politique et du système de gouvernance démocratique et économique au Burkina Faso ces cinq dernières années.

« La chose la plus indiquée, qui nous reste à faire, c’est d’avoir l’audace et la sincérité  de reconnaitre que nous avons failli et trouver les voies et les moyens pour nous réconcilier avec le Peuple burkinabè, d’abord,  par la vérité, la justice et le pardon »

Nous devons avoir le courage de reconnaitre que nous avons manqué de lucidité et de bon sens politique et patriotique et en assumer les conséquences  qui en découlent en toute humilité et toute objectivité.

Certes, cela requiert une introspection honnête et audacieuse, mais, ce n’est cependant pas impossible si nous tenons à sortir de l’eau et à surmonter les difficultés actuelles pour faire face à notre destin politique commun.

Inutile, de chercher à culpabiliser autrui pour notre malheur et à indexer des ‘’ Judas ‘’ et des ‘’ Pierre ‘’, acceptons et assumons le fait que chacun de nous à quel que niveau que se soit, de façon active ou passive à contribué à créer les conditions qui ont  favorisé notre déchéance politique et patriotique.

La chose la plus indiquée, qui nous reste à faire, c’est d’avoir l’audace et la sincérité  de reconnaitre que nous avons failli et trouver les voies et les moyens pour nous réconcilier avec le Peuple burkinabè, d’abord,  par la vérité, la justice et le pardon.

 Toute chose qui impose que nous reconnaissions les fautes que nous avons commises et que nous nous engageons sur la voie de la réconciliation et de la refondation de nos valeurs et de nos principes de gouvernances selon les besoins actuels et les aspirations profondes du Peuple.

Et nous devrons montrer notre bonne foi, en commençant au sein de nos partis à redéfinir de façon démocratique, les fondements d’une meilleure organisation prenant en compte les insuffisances de la classe dirigeante précédente pour un véritable renouveau démocratique répondant aux aspiration du peuple, notamment les jeunes et les femmes ; en bannissant à jamais le favoritisme, le clientélisme, la corruption et la patrimonialisation au sein des partis politiques de l’Ex – majorité pour être en phase avec le nouveau vent démocratique qui souffle au Burkina Faso.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons assumer notre responsabilité dans la reconstruction d’une nation burkinabè faite de pardon, de tolérance et de solidarité en tirant les leçons  de notre passé et tirant le meilleur des difficultés du moment.

Comme le disent les militaires, c’est le terrain qui commande la manœuvre. Nous suggérons et insistons sur le fait que la jeunesse soit l’actrice et le moteur de ce ré-profilage politique.

« Le plus grand risque pour nous aujourd’hui, c’est de vouloir ramer à contre – courant »

Nous ne gagnerons rien en tentant de faire obstruction par des manœuvres dilatoires et souterraines au processus de transition politique en cours.

Faisons économie de nos forces et de nos ressources et concentrons nous sur la réorganisation interne de nos partis afin d’aborder les échéances électorales à venir. Nous partons désormais à armes égales mais avec beaucoup plus d’handicaps de notre côté, mais le jeu politique reste ouvert.

Le plus grand risque pour nous aujourd’hui, c’est de vouloir ramer à contre – courant. Si nous ne nous décidons pas à aller dans le sens voulu par le Peuple, la probabilité de voir voler en éclats le peu de capital confiance est très élevé.

Avant de terminer, j’aimerais inviter à méditer sur les questions suivantes :

  • pourquoi après 27 ans de gestion du pouvoir d’Etat nous en sommes arrivés à braquer le Peuple contre nous ?
  • pourquoi malgré notre majorité au niveau du parlement et des collectivités territoriales nous n’avons pas réussi à obtenir l’adhésion du peuple à nos orientations ?
  • pourquoi la jeunesse burkinabè dans sa majorité a désapprouvé ces dernières années, notre action à la tête de l’Etat ?

Efforçons nous de trouver des réponses à ces questions et nous nous rendrons compte que nous sommes seuls responsables de nos propres turpitudes.

En fin pour paraphraser, Platon « L’échec n’est pas de tomber, mais de rester là où l’on est tombé » !

D.IEU bénisse le BURKINA FASO !    

Vive la démocratie plurielle et inclusive !

Honneur et force au Peuple !        


NDLR : Le titre est de la Rédaction

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

27 commentaires

  1. LE SIEUR SALIA A FAIT PREVALOIR LA CONSCIENCE ET L’INTELLIGENCE APRES L’EMOTION ET LA COMPASSION……L’HISTOIRE DES NATIONS A TOUJOURS ETE JALONNEE DE FAITS PARFOIS DIFFICILE A COMPRENDRE ET A ACCEPTER SANS UNE ANALYS PROFONDE ET MURE….A QUOI ASSISTONS AUJOURD’HUI:: DES BAGARRES RANGEES ENTRE LES SOI DISANTS PATRIOTES AYANT CHASSE BC….SOCIETE CIVILE QUI REVELE SON INCONSISTANCE EN TERME DE VISON POUR LE BONHEUR DE SON PEUPLE….LES MARTYRS NE SONT PAS TOUS ENTERRES ET ON SE BOUSCULE POUR ALLER A LA SOUPE…..MISERABILISME INFANTILISEE…..LE CHANGEMENT QUE LES MARCHEURS VISENT N’AURA PAS LIEU EN 2015…..C’EST UNE EX MAJORITE RESOUDEE QUI REVIENDRA REPRENDRE SA CHOSE……ENTENDEZ PAR LA: CDP….ADF….CFD…UPR….ODT…UNDD….ET BIEN ENTENDU LE MPP dont probablement le candidat du consensus 2015 SORTIRA…..

  2. Avant de demander pardon au peuple rendez au peuple ce que vous avez vol? durant 27 ans! Premi?rement messieurs les cdpistes veuillez d?clarer vos bien et justifier de leur acquisition par vos propres revenues!

  3. Bonjour

    L’ensemble des r?actions sont claires. Il faut que vous compreniez une chose mes chers amis de l’ex-majorit?. Vous avez tout au plus 3 mois pour vous d?noncer. Dites nous vos crimes de sang et ?conomique l? le peuple appr?ciera et prendra la d?cision qui sied. Sinon c’est peine perdu de vouloir le pardon. Aussi dans ton ?crit tu demandes pas sinc?rement pardon, si tel ?tait le cas tu n’oseras pas penser aux ?lections ? venir. Non me cher ami il ne faut pas m?langer les torchons. Suppliez et vouloir tout de suite refaire surface comme si de rien n’?tait c’est trop facile et beau. Il faut que tu souffres dans ta chaire, que tu connaisses les vicissitudes de la vie afin de rentrer dans ton fort int?rieur pour demander sinc?rement pardon au peuple. Aussi sache, que le peuple souverain du Burkina Faso, imprime un nouveau rythme de la vie politique qui est en d?phasage avec la conception de l’ex-majorit?. Alors humblement il te faut te mettre ? cette ?cole. Ne nous pompe pas l’air.

    Que Dieu B?nisse le Burkina Faso

  4. jai envi de le fair mai kan jarive a lhopital et j voi c? noir ki sn devenu blanc l jr u 30 et 31 octobr,chose q vs pouv? evit? j dirai prkw vs reconaitr en tan parti e vs pardn

  5. Nous sommes tous des fils de ce pays et nous avons notre mot ? dire. A ce que je sache le parti a toujours ?t? dans la voie de la l?galit?. Il y a eu une incompr?hension pourquoi brimer une partie de la population…nous regrettons certainements les malentendus qu’il y a eu mais vouloir que lon se dissipe comme de la cendre sur l’ocean cest antidemicratique.

  6. Courage ? toi Salia mais j'ai vraiment piti? pour vous autres qui vocif?rez sans pour autant penser ? l'impact n?gatif que cela pourrait avoir sur les internautes. Seulement une chose est certaine, que CDP sorte du bois ou qu'il s'enfonce davantage dans la foret ?a n'engage que vous. Cette politique de la souris ne marche pas ici. Vous mordez et vous revenez pour souffler, je pense que nous en sommes conscients. Et il me semble que tu oublies facilement tout ce que ce r?gime d?chu a pu bien infliger comme mal ? la nation Burkinab? pendant toutes ces longues 27 ann?es de dictature. Un adage de chez nous dit que: "Celui qui chie oublie vite mais la personne qui hume l'odeur, elle n'oublie pas". Que de tueries, de vols, d'injustices, d?impunit? et j'en passe n'avons-nous pas connu ici au Faso sous le r?gime de CDP. Si vous ?tes pr?ts ? r?pondre de tous vos crimes commis, je serai m?me press?e de vous voir sortir des bois. Dans le cas contraire, je pense qu'il est grand temps pour toi et tes partisans d'aller plus en profondeur dans ces bois pour nous soulager. La puanteur de vos d?lits et bassesses nous agace toujours. Je crois que si vous aviez ce sens de reconnaissance de vos erreurs vous n?arriveriez pas jusqu?? ce point dans votre ent?tement de modifier l'article 37. STP, permet-nous de vous oublier et de penser ? comment remettre l'ordre dans notre maison: NOTRE CHER BEAU PAYS, BURKINA FASO. Ce pays que Dieu aime tant.

  7. de quelle majorit? tu parle?la majorit? c? ce peuple qui a pris ces responsabilit?s depuis le 30octobre.esp?ce de jeunesse mouton.

  8. Salia Amaria mon brave ami. J'ai un ?minent professeur du nom de Salvadore AJANGUIZ qui aimait ? nous rappeler que "les excuses ne changent rien ? la r?alit?". C'est trop facile apr?s avoir 27 durant, gifl? le peuple et slamer un pardon. Je t'ai suivi tromp?t? sur RFI toutes les assurances que vous aviez ? l'?poque de relire l'article 37 de notre constitution sous le prisme de vos aventures. Alors sache que la ritournelle a une fin et il faut simplement savoir quitter la sc?ne. On ne peut jamais faire beau, juste, jeune et vrai avec du vieux qui a longtemps rouler ce m?me peuple. Pour ce qui est de l'appel ? tes comparses d'hier, tu en as le droit mais point n'est besoin de t'?pancher dans la presse. Tu sais o? les trouver, alors ?pargnez nous vos basses

  9. Normal que l'ex-majorit? soit aujourd'hui dans les bois, elle qui n'avait d'ambition que celles de Blaise Compaor?, de Fran?ois Compaor? et m?me de Djami. L'ambition politique se construit pendant de longues ann?es. Vous avez pass? de longues ann?es a ali?ner votre libert?, votre dignit?, votre honneur au b?n?fice d'un seul individu jusqu'? cette date fatidique du 30 octobre pour vous r?veiller subitement aujourd'hui et dire que vous vous ?tes tromp?s. Vous voulez quoi encore?

  10. Mon fr?re courage tu dis vrai. Il nous faut sortir de nos cachettes, demander pardon au peuple et ensuite aller vers un nouveau d?part. Je te conseil d’appeler les leaders que tu connais au t?l?phone et d’appel a appel les gens aurons le courage de sortir.

  11. C’est parfois p?nible ? lire ces demandes de pardon trop hatives, exp?ditives meme. De quoi parlons-nous ? Il s’agit, rappelons-le d’une classe de Burkinab? qui consid?rait une autre classe de Burkinab? comme du vulgaire b?tail qu’il fallait brutaliser par tous les moyens et r?duire au silence, pour que l’INJUSTICE et l’IMPUNITE r?gnent en maitre. Alors quand vous parlez d’erreur d’appr?ciation, c’est une v?ritable injure que vous faites ? l’intelligence des Burkinab?. Ne saviez-vous pas ce que cela implique que d’avoir UN PRESIDENT ? VIE dans un pays? Ne saviez-vous pas que vous hypoth?quiez votre propre avenir, celui de votre descendance (croyant b?n?ficier de march?s et autres soit disant avantages) avec celui de l’ensemble des Burkinab?? Ne saviez-vous pas que les int?rets du moment ne sont rien face ? la vie de la Nation? Ne voyiez-vous pas comment des pays africains sont ensanglant?s parce qu’? un moment donn?, un seul homme s’est appropri? le pays?

    S’il vous plait, restez un moment dans les bois. C’est vrai que sous Blaise, vous avez appris ? banaliser la vie humaine. Maintenant les Burkinab? esp?rent que la dimension sacr?e de la vie humaine reprenne sa place parmi nos valeurs. Il y a eu mort d’homme et vous voulez que l’on fasse comme si de rien n’?tait?

    Vous aviez bien calculer, bien appr?cier la situation ( en t?moigne l’armada que vous avez d?ploy? pour empecher l’acc?s ? l’Assembl?e Nationale les 29 et 30 Octobre): VOUS VOULIEZ PASSER EN FORCE COMME TOUJOURS. Seulement DIEU ?tait de notre cot? ce JOUR-LA.

    S’il vous plait, fermez-la un peu et laissez les familles ?plor?es, faire leur deuil et avec elles tous ceux et celles qui sont ?pris de PAIX et de JUSTICE dans notre PAYS

  12. Pour le pardon; nous pouvons pardonner. mais il nous sera difficile de vous faire confiance. d’abord c’est vous autres qui avez conduit blaise en erreur.
    A toi Salia! Quelque jours avant le 30 octobre, tu etais invit? ? CANAL3 et tu soutenais la modification. ce jour, il y’avait un autre des invit?s qui disait que c’est les proches de Blaise qui vont le conduire en erreur. et il ajoutait que les proches veulent uniquement proteger leurs int?r?ts ou leurs argents vol?s. J’ai remarqu? ce jour que tu as reagi timidement avant de t’agiter. Je me disais « QUI SE SENT MORVER SE MOUCHE » L’invit? en question avait dis la v?rit? sur toi-m?me. Je voulais te demander de dire ? la population « CE QUI T’AVAIT CONDUIT EN PRISON PLUS DE 12 MOIS ET QUI T’A FAIT SORTIR? » tu vois que tu n’est pas un exemple.

  13. Un conseil: L'heure n'est pas de s'exposer au regard des burkinab?. Faites vous oublier pendant que nous sommes entrain de r?parer vos d?g?ts au BF.
    Tu devrais suivre ceux qui sont entr?s dans les bois si tu estime que tu as toujours un r?le ? jouer dans ces partis qui ont pill? et martyris? le peuple.
    Quand au pardon, on le donne ? qui le m?rite. Avant tout, n'oubliez pas la place de justice…la vraie justice du nouveau BF… Merci.

  14. Que les Blaisistes laissent le parloir aux fils digne du pays. Qu’ils se taisent ? jamais. Ils vont sortir pour faire quoi? Je pense que la justice doit vite se pencher sur leur cas. Le sigle cdp sonne mal ? l’oreille. Qu’ils aillent au diable. Ouvrer l’oeil!

  15. Toi Amara tu savais tout ?a et tu ?tait parmi les plus z?l?s. Des gens comme toi le Faso n’en a pas vraiment besoin. Mais je pense que parmi les membres du CDP il y a des gens qui peuvent ?tre utiles.

  16. L?ex-majorit? ou l?ex-destructeur et corrupteur, respecter une loi ?tait un crime ? Respecter sa parole ?tait une honte ? Nous ?tions tous du sang du Burkina, et une constitution a accouch? un article de loi que tout le peuple doit respecter. Les cris de nos sages, de nos chefs coutumiers, ne vous ont pas touch?s. Vous n?aviez pas eu aucun respect pour les 98% du peuple qui ?tait ? genoux devant vos pieds en vous priant de respecter l?article 37 que les sages ont confirm?s, et vous demande l?alternance pour que la jeunesse s?exprime. 100% des intellectuels de notre pays, 100% des juristes de notre pays, 100% de la jeunesse de notre pays, s?imposaient a votre ent?tement, malgr? tout, vous aviez voulu dupez un peuple m?ri. Depuis 24 mois dans les sites d?information des r?seaux sociaux en ligne de notre pays, et des pays voisins, j?ai cri? 768 fois avec mes messages et plus de 3millions de messages des autres internautes de ne pas toucher ? l?article 37 dont sa lettre et son esprit interdisent tout pr?sident du Faso de briguer 3 mandats pr?sidentiels cons?cutifs : Ou passer outre ses prescriptions, ou un referendum bidon, vous risquez un soul?vement populaire et l?gitime suivi de la d?mission du pr?sident. Non vous n?aurez aucune excuse car votre ent?tement a caus? des morts, plus les crimes politique que vous aviez commis durant 27 ans. Tous les responsables du CDP qui sont dans les bois doivent r?pondre de leurs actes avec leur repr?sentant qui est Blaise Compaor?. Vous voulez un pardon ? Qu? Alain Yoda, Alain Traor?, Achille Tapsoba, Assimi Kouanda, OHO, tous les membres du BPN r?pondent les crimes de ce soul?vement populaire, et banni du CDP pour un nouveau d?part d?un CDP nouveau. Le pardon des sages et du peuple ne s?obtienne que par un prix ! Payez votre ent?tement cruel.????????

  17. sache qu’on ne pi?tine pas 2 fois les testicules d’un aveugle. vous avez pendant 27 ans exploit? pill?, tortur? et m?me assassiner sans aucune scrupule ce peuple. aujourd’hui, nous avons les yeux ouvert et plus rien ne sera comme avant.le sort en est jet?, nous avons sign? la mort politique du CDP, de ses mouvenciers ainsi que tous ses dirigeants; ces moutons de la r?publique qui ne pensaient qu’a leur d?veloppement personnel au d?triment de celui de tout un peuple. pour moi il ne serait pas anodin de reprendre tout ce qu’il nous ont vol

  18. bonjour…..mon esclave de leo a dit de choses ultra importantes…..encore faut il qu’il nous laisse des coordonn?es pour une conjonction d’id?es……il peut me joindre ? un lieu indiqu?…..

  19. Soutien ? cette lecture lucide et fondatrice d’un nouveau d?part pour une composante de la classe politique du Burkina Faso

  20. ceux ki repond nont rien compri.on ne demandera jamai jamai pardon.a ki? il ne fo pa confondr le peuple a une horde cest tres dangereux.

  21. mon frere tu a bien en tout cas.mais honnettement moi il me serai difficile de pardonner,quand je pense a la maniere dont vous avez traiter le peuple allant meme des fois a le traiter de bande de voyou

  22. Mon fr?re s’il tenait qu’a moi, il y aura pas de pardon pour vous autres, c’est vous les premier responsable, quand le peuple souffrait tu ?tais o? ?

  23. Un beau parleur!!!il ?tait ou avec toutes ces belles phrases quant son parti s’ent?ter ? changer l’article 37???Qu’il aille au

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page