Sécurité informatique : Norton lance des vêtements « antivirus »

La généralisation des dispositifs sans contact laisse craindre les nombreuses tentatives de piratage informatique. C’est pourquoi l’éditeur de solutions de sécurité « Symantec » a flairé le filon. Il a associé sa marque « Norton » à celle d’un vendeur de vêtements, « Betabrand », des jeans et vestes équipés de poches capables de bloquer les ondes.

La suite après cette publicité

Le champion de l’antivirus se lance dans la mode. L’éditeur collabore avec une marque de vêtements haut de gamme, « Betabrand », basée à San Francisco pour les équiper de poches ne laissant passer aucune onde.

Impossible dans ces conditions de scanner à distance une carte de paiement ou un passeport sans contact pour en récupérer les données.

Le jean en question, se dispose d’une poche avant et arrière habillées d’une couture jaune et doublées avec une matière qui ne laisse passer aucun signal. Même principe sur le blazer, la veste pour femmes, décliné sur la poche gauche.

Des innovations qui se payent au prix fort. C’est un moyen d’empêcher les personnes mal intentionnées de pouvoir scanner les objets à communication sans contact qui s’y trouvent.

Le jean est vendu à 134 euros (environ 87.000 FCFA) et la veste à 158 euros (environ 102.000 FCFA). Les deux articles sont toujours en développement et financés de manière participative.

L’objectif de ces poches est particulièrement de stocker le smartphone ou la carte de paiement NFC à l’abri d’éventuels voleurs de données personnelles croisés par hasard dans la rue.

L’anti-ondes en question. Le principe des pantalons de la marque de l’éditeur de sécurité informatique est simple. C’est de substituer le revêtement des poches pour empêcher la communication sans-fil, explique le « Figaro ».

Sur son blog, Symantec a d’ailleurs révélé que plus de dix millions d’identités sont dérobées numériquement dans les poches chaque année par les criminels.

On estime néanmoins qu’en 2015, plus de 70% de l’ensemble des cartes de paiement seront vulnérables à de telles attaques. En pratique, diverses expériences ont été conduites à l’aide d’un simple lecteur NFC pour démontrer l’ampleur des risques encourus.

L’enjeu semble bien réel, même si ces types de fraudes sont encore peu répandus surtout en Afrique, la capacité à dérober des données personnelles dans les transports en commun est bien avérée notamment dans les pays développés.

Synthèse de Noufou KINDO                                            

Burkina24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page