L’UPC rugit dans le Boulgou

publicite

Un seul meeting. C’est ce qui était inscrit au programme de la sortie  de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) en ce jour 29 mai 2015. Mais c’était sans compter sur la volonté des militants de la province du Boulgou informés de la venue de la délégation, de tous rencontrer le président de leur parti.

La suite après cette publicité

Des escales transformées en meeting

Niaogho et Béguédo sont deux communes voisines que sépare le Nakambé, à l’image du Rio Grande qui constitue une frontière naturelle pour le Mexique et les Etats-Unis. C’est par ces deux localités à peine distantes l’une de l’autre qu’a débuté le périple du jour de Zéphirin Diabré, président de l’UPC.

Le bain de foule réclamé et offert aux militants de la commune voisine de Niaogho a semblé n’avoir  pas suffi. Ces derniers ont suivi la délégation de l’autre côté du fleuve Nakambé où  une autre escale était prévue. Là, au vu de l’aménagement (tentes dressées aux abords de la route), l’escale a aussitôt cédé la place à un meeting.

Les militants à Béguédo
Les militants à Béguédo

Les autres localités suivantes à savoir, Ouarégou, Komtoega  et Boussouma, ont également fait de même, décalant du coup l’heure de l’unique meeting de Garango (prévu dans le programme de la sortie) qui devait se tenir à 2 h de l’après-midi.

 « L’union fait la force ».

Au vu de ce qui a été donné d’observer (la population de Niaogho rejoindre Béguédo), le chef de Béguédo, lui n’a pu s’empêcher de raconter l’histoire existante, avec comme point saillant un conflit qui avait opposé les deux communes voisines. Il a conclu en disant que « l’union fait la force » et que c’est ainsi que le changement peut être réalisé.

« Le changement dans le quotidien du citoyen »

Zéphirin Diabré s'adressant aux militants
Zéphirin Diabré s’adressant aux militants

Pour Me  Jean Célestin Zouré, correspondant provincial de l’UPC dans le Boulgou, la mobilisation du jour témoigne du signe de l’adhésion de la population du Boulgou aux idéaux de changement que prône l’UPC.

Il a estimé en outre que « le changement dans le quotidien du citoyen ne peut s’opérer que s’il y a un changement dans la gouvernance du pays ».

« Une nouvelle génération de dirigeants »

De ce fait, Me Jean Célestin Zouré juge  « important » le fait que les populations se mobilisent « afin qu’il y ait une alternance, une nouvelle génération de dirigeants qui accèdent aux affaires publiques et puissent faire valoir leur talent de manager pour faire progresser le pays ».

Oui Koueta (stagiaire)

Burkina24

publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page