L’association Aube du Faso affirme que ses comptes sont piratés

Ceci est une déclaration de l’association Aube du Faso. Elle condamne le coup d’Etat et fait des propositions de sortie de crise. Elle affirme également faire l’objet de piratage de ses comptes et d’accusations injustes.

Peuple du Burkina Faso, camarade du Mouvement Aube du Faso (ex mouvement Ca Suffit).

La suite après cette publicité

En ma qualité de Président du Mouvement Aube du Faso, mouvement reconnu par le MATD, acteur de la société civile réelle et participant à la rencontre (communauté internationale – OSC) la nuit dernière, je suis en droit de vous faire part de la position du Mouvement Aube du Faso, de notre proposition lors des concertations et de notre analyse de la situation pour éviter toute confusion et montage en l’endroit de notre Mouvement et de ma personne.

Avant tout propos, nous nous inclinons devant les mémoires de ceux qui sont tombés sous les balles du RSP.

Nous condamnons le coup d’Etat qui n’arrange pas la situation de notre pays qui était déjà chaotique et travaillons pour que la paix et la stabilité reviennent dans notre chère patrie.

I – Propositions de notre mouvement lors de la concertation :

  • Nous demandons un cessé-le-feu immédiat.
  • Nous demandons la libération des autorités des transitions
  • Nous demandons le rétablissement d’un vrai processus démocratique dans notre pays sans les militaires dans le gouvernement.
  • Nous nous alignons derrière les recommandations de certaines couches sociales pour la réintégration de tous les candidats à la course pour la présidentielle d’Octobre prochain.
  • Nous demandons la mise en place d’un processus électoral, libre, démocratique et transparente (sans fraude).
  • Nous demandons aux différentes couches sociales de prendre en compte les recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise le plus rapidement possible.
  • Nous demandons aux chefs coutumiers et religieuses d’intervenir pour le retour de la paix dans notre pays.
  • Nous demandons au président du Conseil Nationale de la Transition de revoir certain dossier compromettante.
  • Nous demandons au Président du Conseil Constitutionnel de revoir le dossier de validations des candidats à la présidentielles.
  • Nous demandons un déploiement des forces de la CEDEAO pour assurer la Sécurité de certains leaders de partis politique, de certains leaders d’OSC, de certaines autorités de la transition et de l’Autorité Supérieur de Control de l’Etat.
  • Nous nous alignons derrière la recommandation de la CEDEAO et de certaines couches sociales sur le sort du RSP. La question du RSP sera tranchée par le prochain Président du Faso légitime et démocratiquement élu.
  • Nous demandons le report de la date d’ouverture des campagnes trois semaines âpres le retour effective de la stabilité.
  • Nous demandons l’instauration d’une commission d’enquête pour un rapport de ce qui s’est passé pendant la transition ces dix (10) derniers mois et situer les différentes erreurs, manquements et responsabilités.
  • Mettre en écart les différents leaders d’OSC politisés qui tiennent des propos de haine, d’incitation à la violence, de division et qui manipulent la jeunesse à s’exposer. Notons qu’eux-mêmes ont été instrumentalisés.

  1. II) Observations par rapport à la transition

Nous avons Observé la transition ces dix (10) derniers mois et le constat peut aussi expliquer la situation que nous vivons actuellement :

  • absence de dialogue entre tous les Leaders politiques âpres le départ du groupe de contact de la CDEAO,
  • politisation des membres la Sociétés civiles,
  • rumeurs de corruption massive à plusieurs centaine de millions de Francs verser à certains leaders OSC et autorités de la transition,
  • absence de la défense de la cause nationale en faveur de l’intérêt égoïste de certains leaders politique et d’OSC,
  • diabolisation et injures envers les personnes (leaders d’OSC, activistes du net, personnalités publiques) qui tentent de donner leur analyse critique pour la bonne marche de la transition,
  • division de la société civile,
  • tentative d’instauration de la pensée unique, suivi de l’entêtement de certaines personnes et autorités de la transition qui ont refusé d’écouter les différentes interpellations vers une probable crise dans notre pays alors que tous les signaux étaient passés au rouge ,
  • perturbation répéter du conseil de Ministre,
  • justices et arrestations sélectives,
  • fabrication de fausses cartes d’électeur et absence d’information et d’enquête poussées à ce sujet,
  • exclusion : lecture de la loi 135 qui porte confusion et interpréter de plusieurs manière,
  • question et polémique sur l’élévation du grade de Général du Premiers Ministre Isaac Zida,

III) Appels :

  • nous appelons la jeunesse et la population à ne pas suivre les appels de certains leaders d’OSC corrompu et politisés qui veulent vous amener à l’abattoir. A ne pas vous laisser manipuler par les politiciens et les leaders d’OSC,
  • nous vous demandons de rester chez vous et attendre la fin des concertations entre la communauté internationale et les différentes composantes de la société civile et armée,
  • nous demandons à SY Cherif Président actuel du CNT et certains membres du CNT à ne plus appeler la jeunesse de sortir et se faire tuer pendant les négociations. Nous leur demandons d’attendre la fin du dialogue et négocier uniquement la libération des autorités et le rétablissement du processus démocratique,
  • nous demandons à certains leaders d’OSC qui ont échoués dans leur processus et qui ont divisé les acteurs de la société civile à cause de leurs intérêts égoïstes d’arrêter :
  • de pirater nos comptes facebook,
  • d’arrêter de faire des postes à notre nom,
  • de nous traiter d’indique du RSP (cas BADOLO Abraham)
  • d’arrêter de dire que je suis celui qui a tenu des propos comme quoi il y a des militaires togolais qui sont venus en renfort du RSP à lorsque ceux qui ont évoqué ce sujet à Maki Sall hier sont connus de tous,
  • de diviser le peuple et la jeunesse,
  • de nous diaboliser et de revenir à la raison car nous ne sommes pas vos ennemis ni vos adversaires.

CONCLUSION :

Nous espérons que les dialogues vont aboutir à une sortie de crise dans un bref délai et demandons le rétablissement de la transition. Par ailleurs invitons la jeunesse et le peuple à se surpasser et à ne pas céder à la violence et à la haine car nous méritons mieux. Seul l’intérêt général doit primer

Paix, paix et paix au Faso

Vive la Nation, vive le Burkina Faso.

Ouagadougou le 19 Septembre 2015

TAPSOBA Pascal

Président du Mouvement Aube du Faso

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page