Les agents du ministère des affaires étrangères donnent de la voix

Le Syndicat Autonome des Agents du Ministère des Affaires Etrangères (SAMAE) a animé une conférence de presse ce jeudi 22 octobre 2015 au sein du ministère pour informer l’opinion nationale des difficultés que vivent les agents de ce département.

La suite après cette publicité

Le SAMAE fustige certains actes posés par les autorités de tutelle, notammentle secrétaire général et le ministre. Il s’agit des affectations à l’étranger qui pour les animateurs du point de presse de ce jeudi, sont devenus comme du marchandage.

Selon les conférenciers, le Ministre aurait affecté tous les agents de son cabinet à l’extérieur, des secrétaires aux chauffeurs en passant par les agents de sécurité. En plus de cela, le syndicat indexe la non application des textes fixant les critères d’affectation et de nomination à certains postes de responsabilité.

La goute d’eau qui a fait déborder le vase c’est la note verbale adressée au Ministère Royal des affaires étrangères du Danemark par le Ministère burkinabè des affaires étrangères et de la coopération régionale. Cette note indique qu’il a été mis fin à la mission du chargé d’affaire à l’ambassade du Burkina dans ce pays.

Pour le Secrétaire Général du syndicat Rasmané Congo, le chargé d’affaire en question n’a pas signé un certificat de prise de service du premier conseiller qui a refusé de rentrer au pays après sa fin de mission. « Le premier conseiller après cinq ans de service a été rappelé conformément à la règle qui veut qu’après cinq ans de service à l’ambassade que tout agent revienne servir au pays » a-t-il indiqué.

Face à cette situation, le SAMAE exige que les affectations en cause soient reconsidérées et qu’un comité d’affection soit immédiatement mis en place. Aussi, que toute la lumière soit faite sur les fautes commises par le secrétaire général suite à sa nomination à ce poste.

Enfin, le syndicat exige que le premier conseiller rejoigne son poste au pays au plus tard à la fin du mois d’octobre et que soit mis fin à « l’acharnement injuste » contre le chargé d’affaire.

Saâhar-Iyaon SOME BEKUONE (stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page