Abdoul Karim Sango quitte le PAREN

Par une lettre datée du 5 janvier 2016 et adressée au président du Parti de la renaissance nationale (PAREN), Tahirou Barry, Abdoul Karim Sango, juriste, spécialiste du droit à l’information, également membre de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) au compte du parti, a rendu sa démission.

La suite après cette publicité

« Par envoi d’un sms en date du lundi 28 décembre 2015 et reçu à 13 h16 mn, monsieur TOE Carlos a bien voulu m’informer de la décision du BPN qui fait du PAREN un parti de la mouvance présidentielle à travers le groupe parlementaire Burkindlim », écrit-il dans sa lettre de démission.

C’est cette décision affichée du parti dirigé par Tahirou Barry de rejoindre la mouvance qui a amené Abdoul Karim Sango à quitter le PAREN.

Pour lui, « les justifications données pour expliquer ce choix de positionnement du parti vont à l’encontre de l’esprit et de la réalité » de son engagement politique.

Quant  à son avenir politique, il a donné rendez-vous dans « les prochains jours ».

En rappel, le PAREN a rejoint majorité présidentielle à travers le groupe parlementaire « Burkindkim » et a aussi intégré le gouvernement, à travers la nomination du président du parti  Tahirou Barry, désormais ministre de la culture.

Yannick Sawadogo

Burkina24

publicite


publicite

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Un commentaire

  1. J’ai bien connu, de façon personnelle et intime, au début des années 2000 alors qu’il achevait au Bénin ses études de droit, Abdoul Karim. J’apprend qu’il est ministre depuis un an, grâce à son mentor, qui semble-t-il ne lui en n’a pas voulu d’avoir quitté le parti. Il n’a pas résisté et hésité pour un poste de ministre à se dédire, il est opportuniste, ambitieux, pour son pays, il faut le reconnaître, mais malheureusement aussi pour lui, décidé à s’enrichir et sachant excellemment bien parler, n’hésitant pas à faire quelques entorses à la morale pour ceci………… Comme tout politique qui se respecte… Le peuple ne doit pas s’attendre à du sang neuf.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page