Aménagement urbain: « Plus d’intervention sans coordination » promet le ministre Bonanet

Les difficultés pour rejoindre son domicile en période pluvieuse, le difficile accès à l’eau, l’électrification qui traîne les pieds. Ce sont, entre autres, les réalités auxquelles les populations de la zone en cours d’aménagement de Bassinko font face au quotidien. Ce jeudi 25 février 2016, les ministres de l’administration territoriale, de l’urbanisme et de l’habitat sont allés toucher du doigt les réalités du terrain et rassurer les occupants du site que tout est mis en œuvre pour les sortir de cette situation.   

La suite après cette publicité

Le rond-point de la cité de Bassinko en cours d’aménagement a servi de lieu de rencontre entre les deux  ministres et les habitants de la zone. Là, le représentant des résidents de la cité leur a énuméré les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Les résidents de la cité sont venus porter une oreille attentive aux propos de la délégation ministérielle.
Les résidents de la cité sont venus porter une oreille attentive aux propos de la délégation ministérielle.

Pascal Ouédraogo, représentant des résidents de la cité, a énuméré entre autres, l’aspect sécuritaire du site (pas de poste de police et de gendarmerie), le dispensaire construit dans le cadre du PSUT  sans agents de santé, le difficile accès aux domiciles (notamment en saison pluvieuse). « Les gens veulent vraiment habiter mais il y a un certain nombre de conditions préalables qui sont nécessaires », dit-il.

Manque de coordination

Des explications de Maurice Dieudonné Bonanet, ministre de l’urbanisme et de l’habitat, il ressort un manque de coordination entre les différents acteurs qui interviennent sur le site afin de le rendre viable. « Il y a beaucoup d’intervenants », note-t-il.

« Nous allons désigner un coordonnateur du projet Bassinko de manière à ce  que toutes les actions qui se mènent ici, soient en harmonie », a déclaré le ministre Bonanet.

Fin de l’anarchie                                       

Il a en outre rassuré  les habitants de la zone quant à la volonté du gouvernement d’observer une  rupture avec certaines pratiques d’antan. Il entend ainsi mettre fin à l’anarchie pour faire de la place à l’harmonie.

Les deux ministres ont effectué une visite de terrain après avoir rencontrer les résidents (ici sur l'espace abritant le dispensaire construit dans le cadre du PSUT). © Burkina24
Les deux ministres ont effectué une visite de terrain après avoir rencontré les résidents (ici sur l’espace abritant le dispensaire construit dans le cadre du PSUT). © Burkina24

« Plus d’intervention sans coordination ne se fera en matière d’aménagement urbain. Nous allons nous asseoir pour que nous puissions nous entendre sur le mode opératoire », a indiqué le ministre en charge de l’urbanisme, promettant aux populations une accélération de l’intervention de l’Etat et des promoteurs immobiliers.

Privilégier le dialogue

« Plus rien ne sera fait dans l’obscurité », a ajouté Dieudonné Bonanet  qui s’est dit ouvert au dialogue, proposant de le privilégier plutôt que de battre le macadam .

« Ce que nous demandons, c’est que vous soyez compréhensifs. Nos portes sont ouvertes au dialogue. S’il y a des problèmes, venez nous voir. Nous allons discuter, nous allons trouver des solutions », a indiqué le ministre.

Oui Koueta

Burkina24


Dieudonné Bonanet et Simon Compaoré s'est rendu dans l'une des écoles de la cité. © Burkina24
Dieudonné Bonanet et Simon Compaoré se sont rendus dans l’une des écoles de la cité. © Burkina24
publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page