Burkina : Les partenaires financiers mettent l’accent sur le domaine sécuritaire

Le Groupe international de soutien à la consolidation de la démocratie et du développement du Burkina a tenu sa première réunion ce vendredi 1er Avril 2016 à Ouagadougou.  Ce cadre d’échange entre le Burkina Faso et ses partenaires vise l’adoption des nouveaux projets entrant dans la relance économique du pays.

La suite après cette publicité

Le Groupe international de suivi et d’accompagnement de la transition au Burkina Faso (GISAT-BF) devient « le Groupe international de soutien à la consolidation de la démocratie et du développement du Burkina », selon Smaïl Chergui, Commissaire de l’Union africaine à la paix et à la sécurité.

Le GISAT-BF qui avait pour objectif d’appuyer la Transition pour un retour à l’ordre constitutionnel  avec l’appui des partenaires internationaux vient de changer de nom et de priorités.

Une priorité absolue et immédiate. Cela a été décidé ce vendredi 1er avril 2016 lors de la 5ème Réunion du Groupe international de suivi et d’accompagnement de la Transition au Burkina Faso (GISAT-BF), le nouveau contexte politique du pays est à l’occasion de la révision du mandat. Comme le souligne le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, « la révision du mandat s’impose pour prendre en considération les nouvelles données de l’évolution socio-politique ».

Au terme des travaux, Smaïl Chergui a, au nom des Partenaires techniques et financiers (PTF) du Burkina, réaffirmé les engagements de ceux-ci à accompagner le « gouvernement et le peuple burkinabè ». Ainsi, de nouvelles priorités ont été assignées au nouveau groupe.

« D’abord, le domaine sécuritaire, explique Smaïl Chergui. Nous devons redoubler d’effort pour apporter toute l’aide et l’assistance nécessaire aux forces de sécurité et à l’armée du Burkina. C’est une priorité absolue et immédiate. La deuxième (priorité), c’est un appui budgétaire », cite le Commissaire de l’Union africaine à la paix et à la sécurité, pour permettre au gouvernement burkinabè de mettre en œuvre sa politique, dit-il.

Une table ronde. Pour le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, cette aide devrait permettre de soutenir l’économie nationale, d’équiper les forces de sécurité et d’engager des reformes au niveau social.

Tout en saluant « l’effort incontestable » du nouveau Groupe international de soutien à la consolidation de la démocratie et du développement du Burkina, il a annoncé l’organisation prochaine « d’une table ronde avec la participation des amis et des partenaires techniques et financiers du Burkina ».

Ignace Ismaël NABOLE et Mariam OUEDRAOGO (Stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page