Opinion : « Quels Prix Galian pour nos médias ? »

Ceci est une contribution d’un journaliste quant aux pistes d’amélioration des Prix Galian, qui récompensent chaque année l’excellence dans les médias.

La suite après cette publicité

Ce vendredi 17 juin 2016, le ministère de la communication et des relations avec le parlement célèbre les meilleurs acteurs des medias par l’organisation de la 19ème Nuit du Communicateur : les « Prix Galian ».  Après dix-neuf (19) éditions, il semble bien nécessaire de consolider les acquis et d’améliorer certains pans de cette cérémonie de distinction.   Voici une contribution à ce sujet.

Depuis 1998, les médias et leurs acteurs du Burkina Faso bénéficient d’un prix d’excellence consacré à leurs productions : les Prix Galian.  Cette initiative privée au départ est devenue au fil des éditions une propriété de l’ensemble des professionnels des medias.

 En fin de cycle au département communication et journalisme de l’Université de Ouagadougou en 2015, nous avons décidé de mener une étude qui a permis d’avoir un état des lieux d’une pratique qui consiste à encourager  les meilleurs d’entre les journalistes, les photographes, les cameramen, les monteurs, les caricaturistes… à persévérer dans leur travail.

Moumouni Simporé
Moumouni Simporé

En effet, à travers le thème «La contribution des Prix Galian à l’émulation des professionnels des médias au Burkina Fasode 1998 à 2014 », nous avions eu pour ambition de déterminer les raisons de la participation des professionnels des médias à la compétition de distinction qui leur est dédiée depuis sa création en 1998 jusqu’à l’édition de 2014.

Cela devait permettre également de cerner l’opinion des acteurs des médias sur l’impact de ces distinctions dans leur métier, de vérifier l’ambition des initiateurs et les perceptions des professionnels des médias;  de déceler les limites actuelles des Prix Galian et proposer des pistes d’amélioration.

Le traitement des données recueillies permet de dégager que les professionnels des médias manifestent un triple intérêt pour  les Prix Galian : la possibilité de faire évoluer leur carrière, l’occasion pour eux d’obtenir des fonds pour de multiples raisons et un instrument de mesure de leurs propres qualités professionnelles.

En outre, la création des Prix Galian a amené certains professionnels des medias à améliorer leur travail dans le principal but de remporter une récompense  et l’obtention d’un Prix Galian par un acteur a une incidence importante sur la qualité ultérieure de son métier.

Cette réalité cadre avec l’objectif des organisateurs qui entendent ainsi « motiver les hommes et les femmes des médias publics et privés et de les conduire à améliorer la qualité de leurs prestations. L’objectif  stratégique est de créer une saine émulation entre les professionnels des medias et de la communication et de parvenir à des productions de qualité irréprochable répondant aux exigences professionnelles ».

Au regard des résultats obtenus, le comité d’organisation  des Prix Galian pourrait opérer des réformes afin de satisfaire les bénéficiaires d’une part et d’autre part  de créer une saine émulation entre les professionnels des medias et de la communication pour parvenir à des productions de qualité irréprochable répondant aux exigences professionnelles.  Il s’agit notamment de :

La composition de juryet la soumission des œuvres

Face aux difficultés matérielle, financière et humaine pour la mise en place d’un jury permanent, l’installation d’antenne relais du jury dans chaque organe de presse peut être une parade. Cette méthode a l’avantage d’éviter la confusion des genres, le non-respect des textes en vigueur et la surprise  de certains responsables devant la candidature de leurs agents…il ne sera donc plus question de penser que les Prix Galian récompensent un travail ponctuel

Dans la pratique, il s’agit d’inclure les premiers responsables de chaque média dans le choix des œuvres en compétition. En fonction de l’organigramme de chaque structure et des dispositions du code de l’information sur le profil des hommes de médias, le relais du jury peut être composé de la manière suivante :

  • Dans l’audiovisuel : le directeur, le chef des programme et le rédacteur en chef.
  • Dans la presse écrite : le directeur de publication, le directeur de rédaction ou le rédacteur en chef, et le secrétaire de rédaction.

Chaque membre de ce jury sera chargé de collecter les meilleures productions  de sa  rédaction sur une période d’une année. Au bout de la période de collection, il   y aura une présélection des meilleures productions. Deux autres professionnels des médias et extérieurs à chaque organe viendront porter le nombre des membres du jury-relai à cinq (05) personnes. Ce jury procédera alors au visionnement, à l’écoute ou à la lecture des œuvres présélectionnées pour ne retenir qu’une  seule par genres autorisé.

C’est après ce tamis que les œuvres devront atterrir sur la table du jury officiel des Prix Galian.  A la fin de sa délibération, le jury officiel transmettra une correspondance à l’entreprise qui aura un candidat nominé ou primé. Le responsable veillera alors à informer le candidat lauréat.

Cette implication des premiers responsables des médias offre un meilleur mode de sélection adapté à une fonction dont la qualité intrinsèque demeure la production de plusieurs œuvres aux qualités aussi excellentes les unes que les autres. Cependant, pour qu’il fonctionne bien, le comité d’organisation pourrait instaurer une récompense pour encourager le jury relai dans son travail.

Les genres rédactionnels

Le métier de l’information renferme plusieurs catégories et genres. Au cours de son évolution, les Prix Galian ont supprimé ou introduit des genres et des catégories. Cette variation a mis en marge certains acteurs qui ne se reconnaissent pas dans les Prix Galian. Dans la presse écrite, par exemple, l’Editorial, présent dans tous les périodiques et dans tous les numéros, n’est pas pris en compte. Au niveau de la presse en ligne, ce sont les médias qui sont récompensés et non tous les animateurs (journalistes, monteurs…). Il faut donc réparer ces injustices.

Avant chaque édition, on pourrait alors réunir des praticiens dans chaque catégorie pour définir les genres en compétition.  Les rédacteurs en chefs de la presse écrite peuvent se concerter pour définir leurs genres. Ceux de la Radio, de la Télévision et de la Presse en ligne en feront autant.

Les récompenses

Le règlement actuel des Prix Galian décerne à chaque  lauréat,  un trophée, une attestation et une somme de 500 000 F CFA. Les bénéficiaires sont divisés sur la nature de la distinction. Certains réclament l’augmentation de l’enveloppe tandis que d’autres penchent pour des prix en natures.

Pour les outils de travail des journalistes, le progrès de la technologie offre une large gamme de produits en la matière certes, mais on peut les circonscrire en ordinateurs, appareils photos, dictaphones, caméras. En outre, on pourrait octroyer des bourses aux journalistes primés afin qu’ils puissent renforcer leurs capacités et offrir des abonnements à des périodiques.

L’instauration d’un grand prix

Jusque-là, les Prix Galian distinguent des individus par genre rédactionnel et par catégorie d’exercice. Tous les lauréats se valent, et reçoivent les mêmes récompenses. On pourrait rompre avec cette attitude en instaurant une autre catégorie : celle qui va récompenser le meilleur des lauréats de chaque édition. On pourrait alors la nommer « Galian d’or », « Journaliste de l’année » ou « Super Galian » et l’accompagner de présents beaucoup plus alléchants (le double du montant des simples lauréats, du matériel de travail et une bourse de formation).

L’instauration  d’un tel  prix pourrait  galvaniser davantage les professionnels des  medias. Pour prétendre à cette distinction, il est évident qu’il faut faire partie des lauréats de chaque édition. Cependant, le jury pourrait s’appuyer sur la régularité pour départager les candidats. Ainsi, le lauréat du « Galian d’or », « Journaliste de l’année » ou « Super Galian » doit-il non seulement remporter un Prix Galian de l’édition en cours, mais également sur  l’une des éditions précédentes.

Le « Galian du public »

Jusqu’à présent, c’est le jury officiel qui est habilité à déterminer les lauréats des Prix Galian. Pourtant, le lecteur, l’auditeur et le téléspectateur restent les premiers destinataires et des juges (peut-être les vrais) des productions médiatiques. Leur opinion peut donc témoigner de la qualité d’un article de presse. Nous pensons à ce titre que le comité d’organisation doit permettre au public de décerner une distinction. Pour les modalités pratiques, nous suggérons ce qui suit :

  • La publication à trois semaines avant la Nuit des lauréats de de la liste de toutes les œuvres et de celle de leurs auteurs pour la compétition de l’année en cours.
  • Le mode de vote : internet (formulaire à remplir sur le site direction de développement des médias), par SMS (en collaboration avec les maisons de téléphonie mobile) et un formulaire à déposer à la DDM.
  • Faire le tri après trois semaines de vote du public pour retenir les trois meilleures œuvres. Soumettre enfin ces trois œuvres au vote du public durant la semaine précédant la Nuit des lauréats et retenir le vainqueur qui sera annoncé au cours de la cérémonie de récompenses.

La Nuit des lauréats

Toutes les personnes interrogées ont été unanimes sur deux points de la Nuit des lauréats : ils sont tous rentrés en possession de leurs  récompenses et la soirée leur a permis de se retrouver en toute convivialité entre homme de médias. Néanmoins, elles déplorent la longueur de la cérémonie, l’absence de cocktail, souvent l’incompétence des animateurs à les tenir en haleine.

Au regard de ces remarques, nous suggérons que la Nuit des lauréat devienne une réunion mondaine avec buffet au cours de laquelle les lauréats des Prix Galian vont recevoir leurs récompenses. Pour éviter de tirer en longueur, le comité d’organisation peut annoncer les lauréats des prix spéciaux et  remettre uniquement les récompenses de ceux du jury officiel.

Après dix-neuf (19) Editions, il semble bien nécessaire de marquer un temps d’arrêt pour examiner le chemin parcouru. Pour la 20ème édition,  les suggestions ci-dessus peuvent être approfondies pour des réformes qui vont de la revalorisation du prix aux critères et conditions de dépôts des œuvres à la promotion des œuvres lauréates.

Moumouni SIMPORE

Journaliste

[email protected]

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page