Manifestation du 21 octobre : Des organisations de la société civile mettent en garde

Face à la décision des membres du Cadre d’expression démocratique (CED) de manifester mordicus le 21 octobre prochain, des responsables d’organisation de la société civile ont exprimé leur ras-le-bol devant la Mairie centrale ce jeudi 19 octobre 2017. Ils ont transmis un message au maire de Ouagadougou. Ils encouragent l’autorité centrale et lui réaffirment leur soutien.

La suite après cette publicité

« Hier, nous avons vécu un évènement un peu malheureux au niveau de la Mairie centrale dans le cadre de l’autorisation de manifester sur la voie publique. On est venu mettre la pression sur l’autorité locale afin que l’autorisation leur soit donnée. Nous pensons que nous sommes dans un Etat de droit et cette manière de faire va jouer sur notre équilibre sociologique actuellement », s’insurge Michel Rabo, Membre fondateur du Réseau Dignité.

Il pointe du doigt tous ceux qui étaient pour la révision de l’article 37. « Ce sont les mêmes pendant le putsch manqué qu’on a instrumentalisés avec le RSP dont nous pleurons toujours les morts. Nous les connaissons. Pascal Zaïda, lui seul, ne peut pas mobiliser 100 personnes. Ce sont les mêmes partis politiques qui étaient derrière le RSP pendant le putsch et pendant l’insurrection qui sont en train de l’utiliser à des fins politiques », a déclaré Michel Rabo.

Pour Boukary Conombo du Mouvement Brassard Noir, on ne peut pas exiger au maire à donner une autorisation de manifester. « Si nous ne sommes pas dans une République, c’est la loi de la jungle. Et en ce moment, nous ne pensons pas qu’actuellement, il n’y aura pas de force en leur faveur. Donc, restons dans une République. Nous-mêmes, plusieurs fois, nous avons vu nos demandes de manifestations refusées ici. Mais, on n’a jamais manifesté pour mettre la pression sur la Mairie », s’exprime-t-il.

Raison pour laquelle, dit-il, ils sont allés demander à l’autorité de prendre ses responsabilités. « Les familles de victimes sont là. Le peuple insurgé est là. Le 21 octobre, on va se donner rendez-vous à la Place de la Révolution. Le risque d’affrontement est réel. (…) On ne va plus accepter une énième provocation. Nous demandons justice pour nos martyrs, et ce n’est pas fait», prévient Boukary Conombo.

Noufou KINDO avec Jules César KABORE

Burkina 24

publicite


publicite

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page