Préservation de la paix au Burkina : 200 Imams-prédicateurs formés

1206 0

Les membres du Mouvement sunnite du Burkina Faso ont formé 200 Imams-prédicateurs sur leur rôle dans la préservation de la paix sociale. Les capacités des « Douates » venus des 13 régions du pays ont été renforcées à Ouagadougou du 22 au 24 décembre 2017. Le ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo, et plusieurs leaders religieux ont assisté à la cérémonie de clôture du séminaire à la Mosquée sunnite de Zangoétin ce 24 décembre.

La préservation de la paix sociale fait partie des objectifs les plus importants du Mouvement sunnite du Burkina Faso, selon ses responsables. Le mouvement, suivant son statut, tente de corriger la mauvaise compréhension de l’Islam, cultive l’esprit de tolérance, de compréhension mutuelle et forme des citoyens conscients de leurs droits et devoirs.

C’est dans cette perspective que le Bureau national de la Commission technique « Daawa et Mosquées » du mouvement sunnite a tenu à organiser un séminaire de formation à l’endroit des prêcheurs des 45 provinces du Burkina. La formation de trois jours a réuni 200 Imams et prédicateurs sous le thème général « Le rôle des Douates dans la préservation de la paix sociale ».

Le séminaire a pris fin ce dimanche 24 décembre 2017 par un cérémonial. Lecture de Coran, prêches et discours ont marqué cette cérémonie de clôture. Selon le bilan des travaux lu par le Cheikh Hassan Soré, le séminaire a été aussi l’occasion de mettre en garde tous ceux qui prônent l’extrémisme violent et le gain facile.

« Il n’y a que deux types de prêcheurs : le bon et le mauvais » (Siméon Sawadogo)

Les modules de la formation ont porté notamment sur l’importance de la qualification du prêcheur dans la société, la compréhension du Saint-Coran, les œuvres du Prophète Mohammed (PSL), le caractère social du musulman dont le don de sang pour sauver des vies, les comportements à adopter en cas de divergences d’opinions, les caractéristiques du prêcheur type, l’amour du prochain en Islam.

« Les prêcheurs sont des policiers de Dieu, des policiers de la religion musulmane. Un prédicateur ne doit pas dire à un non-musulman qu’il est mécréant. La clé du Paradis se trouve chez Dieu. Lui Seul a le dernier mot », a déclaré Souleymane Konfé, Président de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB).

Pour le Dr Mohammad Isaac Kindo, Président des ulémas, former un seul prêcheur équivaut à former mille musulmans. Il a reconnu la pertinence de la formation. Il a également salué la présence effective du ministre Siméon Sawadogo ainsi que les représentants de ministres et les leaders religieux dont Cheikh Aboubacar Doucouré.

« Cette initiative louable permet de préserver la paix sociale et la cohésion nationale. Il n’y a que deux types de prêcheurs : le bon et le mauvais. Déformer les paroles de Dieu pour atteindre ses objectifs n’est pas bien. Chaque croyant doit respecter et aimer son prochain », a retenu le ministre en charge de l’administration territoriale.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle notamment Santé, Environnement, Politique, Numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Note: Your password will be generated automatically and sent to your email address.

Forgot Your Password?

Enter your email address and we'll send you a link you can use to pick a new password.