Le Togo choisit iCivil pour sa ville « intelligente » d’Aného

1136 0

Dès 2018, chaque nouveau-né au Togo sera muni d’un bracelet à bulles à lecture électronique où figureront les informations médicales et l’identité de ses parents. Le pays de Faure Gnassingbé est, en effet, en passe d’expérimenter la trouvaille made in Burkina Faso, iCivil.

Le bracelet d’identification développé par iCivil ne cesse de faire des émules à travers le monde. Une phase pilote de iCivil a été lancée au Togo le 21 décembre 2017.

Le bracelet « sécurisé » qui permet l’envoi des informations directement aux services de l’état-civil sera d’abord testé à l’hôpital d’Aného, ville située à 50 km de Lomé et chef-lieu de la Préfecture des lacs au sein de la Région maritime.

L’information a été publiée sur le site de « Republic Of Togo ». L’Organisation Internationale de la Francophonie et l’Association Francophone de Prévention des Risques Numériques ont, au cours d’une assise, sensibilisé les autorités locales et les populations d’Aného sur « l’appui à l’Administration électronique des villes francophones ».

Cette assise, qui marque le démarrage du projet-pilote iCivil dans la ville d’Aného, est une première au Togo et intervient dans un Projet dénommé « La ville intelligente d’Aného ». Les différents acteurs sont unanimes que tout commence par l’établissement à temps des actes de naissance des enfants.

Selon des médias togolais, la rencontre vise à favoriser l’utilisation administrative des TIC capables de booster le développement local, stimuler la compétitivité, créer des richesses, favoriser l’échange ou le dialogue permanent entre les autorités et les citoyens en matière d’économie, d’environnement et d’engagement patriotique.

Et pour atteindre ses résultats, le choix des autorités a porté sur la plateforme burkinabè iCivil. En prélude au lancement du projet-pilote, une enquête a été menée dans la commune d’Aného et a permis de déterminer le degré d’informatisation des services administratifs, des citoyens ainsi que son importance dans le vécu quotidien.

Les résultats de l’enquête ont stimulé la Francophonie à programmer divers projets notamment l’informatisation des services d’état-civil de la commune grâce à l’application iCivil coinventée par le Burkinabè Adama Sawadogo et le Français Francis Bourrières. iCivil, Faut-il le rappeler, permet l’enregistrement immédiat des nouveau-nés grâce à un bracelet à bulles et un smartphone qui envoie les données par SMS cryptés vers un terminal informatique de l’état-civil.

L’expert de l’Association Francophone de Prévention des Risques Numériques, Arnaud Tessalonikos, a expliqué que, grâce à iCivil, cette informatisation des services publics permettra de planifier le développement local dans tous les domaines sans trop de dépenses.

Le co-inventeur de iCivil, Sawadogo Adama, a, quant à lui, démontré à partir d’une projection, l’utilisation de l’application pour faciliter l’enregistrement numérique des naissances dès la maternité, éviter les fraudes ou oublis, réduire les coûts des actes.

Les autorités togolaises ont apprécié le nouveau projet dont la réalisation vise à révolutionner les relations entre elles et les populations, apporter la sécurité dans la gestion des dossiers et aider à accélérer le processus de décentralisation en vue de contribuer au développement des communautés à la base.

Comment iCivil fonctionne ? Lire ici

Rassemblés par Noufou KINDO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Noufou KINDO

@noufou_kindo anime les Rubriques Tech, Santé et Société. Il s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable.

Articles du même genre