Burkina : Dix films pour le combat de Fanta Regina Nacro

996 0

« Dix films pour un combat », sont  tirés d’histoires réelles de violences faites aux femmes.  Ils ont été réalisés par Fanta Regina Nacro. L’avant-première a eu lieu ce jeudi 11 janvier 2018, au Ciné Burkina.

Réalisé par les Films du Défi de Fanta Regina Nacro, « Dix films pour un combat » est une collection qui traite des violences faites aux femmes. Ils ont été présentés aux techniciens et aux Hommes de médias le jeudi 11 janvier 2018 au Ciné Burkina. Cette cérémonie a été coparrainée par le ministre de la justice et son homologue de l’action sociale.

La réalisatrice dit s’être attardée sur quatre types de violences : sexuelle, physique, économique et culturelle. Dans la violence sexuelle, « on s’est intéressé à l’inceste entre père et  fille et aussi entre frère et sœur. Ce phénomène est toujours d’actualité surtout au nord du Burkina » à en croire à Fanta Regina Nacro. Quant aux violences physiques, elle déclare qu’elles concernent tout le continent. Celles qui tirent leurs origines de la culture comme la spoliation des biens et le lévirat sont aussi vécues au Burkina. 

« Ce qui était intéressant pour nous c’était de mettre en scène des histoires vraies et vécues ». Pour cela, la réalisatrice dit avoir rencontré plusieurs difficultés surtout pour les témoignages. Mais elle a su convaincre par les mots. « Je leur disais votre témoignage va réveiller des douleurs, provoquer des réflexions négatives de votre entourage mais elles vont faire « bouger » les choses et permettre au gents de se dire je ne suis pas seul ».

Pour le co-parrain René Bagoro, ministre en charge de la justice, sa présence témoigne son adhésion et celle de son département à ce projet parce que les violences, qu’elles concernent les femmes ou tout autre personne, est d’abord une question de droit humain. Il se dit content que la culture se joigne au politique et au droit pour mettre en exergue des maux de notre société.

Pour lui, « ce que nous avons à gagner, ce n’est pas de fermer les yeux mais de dénoncer les tares de notre société pour que chacun dans la portion de son pouvoir puisse apporter sa contribution. Le ministre en charge de la justice a pris l’engagement que le gouvernement va appuyer l’initiative pour lutter contre ces phénomènes ».

A noter que le projet a été soutenu financièrement par le Fonds commun genre dont les premiers responsables étaient présent à cette avant-première.

Aimé KPODA

Pour Burkina24  

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

Note: Your password will be generated automatically and sent to your email address.

Forgot Your Password?

Enter your email address and we'll send you a link you can use to pick a new password.