Floby : « Wakato », « le temps » de la rétrospective

3787 0

Le 30 juin 2006, il se dévoilait au public burkinabè, en présentant son premier album « Maam Sooré » qui veut dire « destin » en français. Depuis lors, « Weedo », « l’enfant de la rue », de son nom de ghetto, a trouvé sa route. Le 30 juin, une date qui sonne comme un porte-bonheur, est devenu une tradition pour lui. C’est la date qu’il choisit pour la sortie de ses albums. A cet effet, le cinquième dénommé « Wakato » a été présenté ce 30 juin 2018.

Dans « Wakato », le « Temps » en français,  Floby jette un regard rétrospectif sur son parcours et sur les évènements qui l’ont marqué et rend selon ses dires hommage à la vie qui n’a toujours pas été facile mais qui lui a souri.

A travers les 16 titres que comporte l’album, il chante la vie sous toutes les facettes, ses douleurs, ses joies.

« Wakato, le temps, parce qu’il y a un temps pour tout, un temps pour chacun et je me demande à quand le vrai bonheur et je chante l’espoir », dit l’artiste.

Remise du 1er CD vendu aux enchères à cinq cent mille (500 000) F CFA. De gauche à droite, Mousa Wagué, fondateur de Keyzit, le premier client et Floby

Rythmiques et thématiques assez variées et coloriées, alliant la world music, l’afrobeat. Cet album à en croire son auteur, concilie les nostalgiques du Floby des premières heures friands de ses textes et  mélodies langoureuses en langue  et les adeptes des rythmiques endiablées.

C’est aussi une nouvelle aventure qui commence pour le « Noog Naba », « le roi  de l’ambiance », en français, nom qui lui a été donné à son intronisation dans son village. Ce nouvel album parait sous la houlette de la maison de disque « Keyzit » basée en France, aux Etats- Unis, à Dakar et bien d’autres pays. Une maison qui d’ailleurs, à écouter le responsable, a désormais une représentation au Burkina Faso sous la demande de son filleul.

Cette collaboration ouvre selon son manager Ismaila Papus Zongo, une nouvelle ère dans la carrière de l’artiste, tournée vers son positionnement à l’international.

« On a signé pour 4 albums et Wakato est le premier. Nous assurons sa carrière, la gestion de ses droits d’auteur, son booking, l’organisation de concert. [Avant] c’est lui-même qui finançait ses albums. Aujourd’hui, il a un producteur. C’est nous qui prenons en charge son album de A à Z », explique Moussa Wagué, fondateur de la maison de production de disques « Keyzit ».

Par ailleurs, il annonce une tournée internationale en vue en Europe, aux Etats-Unis et bien d’autres pays en Afrique.

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre