Procès du putsch : Rambo reconnaît avoir arrêté Michel Kafando

1866 0

L’adjudant-chef Nebié Moussa dit Rambo est poursuivi dans le cadre du coup d’Etat de septembre 2015 pour 5 chefs d’accusations dont l’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, complicité de dégradation aggravée de biens et incitation à commettre des actes contraires à la discipline.

A la barre le vendredi 6 juillet 2018, il a reconnu très exactement avoir procédé à l’arrestation du Président de la Transition, Michel Kafando sur ordre de son supérieur le Major Eloi Badiel d’assurer cette mission sans « coup de feu ». Le reste, il nie.

« C’est tout ce que j’ai fait »,  a assuré l’accusé qui précise que sa « mission était de prendre le président Michel Kafando ».  L’adjudant-chef Nebié Moussa dit Rambo a également manifesté sa « fierté » d’avoir accompli sa mission avant de s’expliquer face à la polémique que soulevait son mot « fierté ».

« C’est le sentiment d’avoir arrêté le président (Michel Kafando) sans le brutaliser et sans coup de feu qui fait ma fierté », explique l’accusé qui insiste avoir exécuté un ordre. « Le major Badiel est responsable de l’ordre qu’il a donné ».

« J’ai mon petit frère qui fait partie des victimes »

De sa motivation, l’adjudant-chef Nebié Moussa dit Rambo explique que dès les premières heures, à la date du 16 septembre 2015, il pensait que l’arrestation de Michel Kafando et du Premier ministre Isaac Zida visait à les amener à  une concertation avec le général Gilbert Diendéré pour régler les problèmes au sein  du RSP.

Le 16 septembre 2015, « sur les réseaux sociaux, les gens disaient qu’au cours du Conseil des ministres, on allait dissoudre le RSP », explique Rambo qui poursuit : « la journée du 16 (septembre 2015), je  ne m’attendais pas à un coup d’Etat ».

Pour autres faits, Rambo affirme avoir été « volontaire » pour aller chercher le général Diendéré à son domicile. Il a tenu à exprimer ses condoléances aux familles des victimes. « J’ai mon petit frère qui fait partie des victimes (…). C’est regrettable. C’est très regrettable ».

A 12h 24, le président du tribunal a suspendu la séance. Elle reprend à 14h00 avec la poursuite de l’interrogatoire de l’adjudant-chef Nebié Moussa dit Rambo.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre