L’ONU opte pour la réduction des budgets de ses opérations de maintien de la paix

Les Nations Unies ont adopté ce jeudi 5 juillet 2018 des mesures visant à réduire de façon considérable le budget des opérations de paix en Afrique pour la période 2018-2019.

La suite après cette publicité

La Monusco, la Minusca, la Minusma et la Minuss sont les quatre principales missions de maintien de la paix (toutes basées en Afrique) qui devront payer le plus lourd tribut du budget des opérations de paix 2018-2019 adopté formellement ce jeudi 5 Juillet 2018 par l’Assemblée générale des Nations unies.

Le budget précédent, pour la période 2017-2018, avait été de 7,3 milliards de dollars à la quinzaine d’opérations de paix gérées actuellement par l’ONU et mobilisant environ 100 000 militaires au total contre 6,689 milliards de dollars pour l’année à venir.

Selon certains diplomates Onusiens, les missions de maintien de paix en Afrique disposent de plus de moyens qu’elles en ont besoin.  « 18 millions de moins pour la R.D.Congo… 14 millions de moins sur un budget de près d’un milliard, ce n’est rien ! », a fait savoir un diplomate cité par Jeune Afrique.

« Le nouveau budget de maintien de la paix de l’ONU représente une réduction responsable des dépenses (…). Le monde a besoin d’une ONU disciplinée, efficace, qui puisse rendre des comptes et qui soit axée sur les résultats », a souligné l’ambassadrice américaine Nikki Haley, citée dans le communiqué de sa mission.

La réduction du budget des opérations de maintien de paix de l’Onu selon des experts comporte des risques de relance des exactions contre les civils, notamment au cas où le renouvellement de missions par le Conseil de sécurité comme au Darfour, Chypre ou encore en Somalie n’est pas acquis.

Pour rappel, voici les budgets des missions de maintien de paix de l’Onu en Afrique. La Minuss au Soudan du Sud (14 581 hommes, 1,154 milliard de dollars), la Monusco en République démocratique du Congo ((17 177 hommes, 1,153 milliard), la Minusma au Mali (13 535 hommes, 1,099 milliard) et la Minusca en Centrafrique (12 718 hommes, 945 millions).

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU/Burkina24

Source : Jeune Afrique

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page