Kenya : La vice-présidente de la Cour suprême inculpée dans une affaire de corruption

625 0

La vice-présidente de la Cour suprême du Kenya, Philomena Mbete Mwilu, a été arrêtée ce mardi 28 août 2018 à Nairobi, la capitale Kényane. Le procureur en chef qui a fait cette annonce a indiqué qu’elle était soupçonnée d’enrichissement personnel illégal. 

« Cet après-midi [du 28 août, ndlr], j’ai informé le président de la Cour suprême David Maraga de ma décision d’autoriser l’arrestation et d’engager des poursuites pénales contre la vice-présidente de la Cour suprême, Philomena Mbete Mwilu », a affirmé Noordin Hajin, le directeur des poursuites publiques face à la presse. « Cette décision n’a pas été prise à la légère… La dignité et l’indépendance du système judiciaire nous sont chers », a-t-il rassuré avant de prétendre détenir la preuve que la vice-présidente de la Cour suprême avait profité de sa fonction pour s’enrichir personnellement et accepter de l’argent dans des circonstances douteuses.

Uhuru Kenyatta, depuis plusieurs années, fait des injonctions à la justice de son pays minée par des scandales de pots-de-vin, alors que le Kenya renoue avec une certaine embellie économique.

De hauts responsables de l’Agence nationale pour la jeunesse, de la compagnie nationale d’électricité ou encore l’ex-gouverneur de Nairobi ont été arrêtés et sont poursuivis pour des faits de corruption.

Philomena Mbete Mwilu faisait partie du collège des magistrats qui avaient annulé la réélection du président Uhuru Kenyatta en août 2017. Cette décision intervenue à la surprise générale était à l’origine de la tenue d’une deuxième présidentielle en octobre 2017. Le boycott déclaré par l’opposition avait laissé en roue-libre l’actuel président.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                         

Burkina24                                                                                                                                                                     

 Source: Jeune Afrique                                                                                                                                                 

Photo: © Thomas Mukoya/REUTERS

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre