Zorgho : La danse traditionnelle warba était à l’honneur

378 0

Du vendredi 30 novembre au 02 décembre 2018, la ville de Zorgho a vibré au rythme de la 5e édition du Festival warba du Ganzourgou. Une compétition de danse traditionnelle du warba issue de 12 provinces du Burkina Faso.

Le Festival Warba du Ganzourgou a vu le jour en 1999. Il est une initiative de l’Association « Génération Montante pour le développement du Ganzourgou » qui prône le développement socio-économique, culturel et sportif de la région. Prévu initialement pour se dérouler tous les deux ans, le festival n’a pu tenir cet engagement après la quatrième édition en 2008 pour des difficultés de mobilisation de ressources financières.

Pour accompagner l’organisation du Festival Warba, le maire de la commune de Zorgho, Jacques Kaboré, s’est engagé à trouver une ligne budgétaire pour soutenir l’événement. Cette danse  est pratiquée dans plusieurs provinces du Burkina Faso, mais l’association Génération Montante pour le développement du Ganzourgou travaille pour préserver, pérenniser la pratique du warba et à œuvrer pour son rayonnement national et international.

La troupe Rogommikiéta de la province du Kouritenga qui remporte le premier prix

A cet effet, du 30 novembre au 02 décembre s’est tenue la 5e édition du festival warba dans la ville de Zorgho. L’organisation d’une rue marchande, la tenue d’une conférence publique sur le thème «  jeunesse et acculturation : quel repère pour l’avenir ? », une compétition des différentes troupes, l’élection miss warba, telles sont, entre autres, les différentes activités qui ont marqué l’édition 2018.

La présente édition a mis en compétition douze troupes de danse warba provenant de onze provinces de sept Régions. Pour juger les troupes, le jury s’est appuyé sur les critères comme la musique, la danse, la scénographie, la technicité et la thématique.

La cérémonie de clôture a connu la présence des membres du gouvernement

A l’issue de la compétition, c’est la troupe  Rogommikiéta de la province du Kouritenga qui remporte le premier prix et s’en sort avec un trophée et une somme de 500 000 F CFA. La deuxième place est revenue à la troupe Naaba Kaanga de Méguet dans la province du Ganzourgou avec un trophée et une somme de 300 000 F CFA. Enfin, le 3e prix est revenu à la troupe warba Nambita de Tamissi de la province d’Oubritenga.

Marie Cécile Kaboré élue miss warba 2018

Par ailleurs, 12 prix spéciaux ont été décernés. Il s’agit, entre autres, à la meilleure danseuse, meilleur flûtiste, meilleurs costumes, accessoires, meilleur scénario, meilleure troupe warba authentique. Egalement, Marie Cécile Kaboré, de la province du Ganzourgou, a été la plus belle des 11 concurrentes. Elle est désormais la Miss warba 2018.

Le comité d’organisation du festival a décerné des distinctions aux anciens flûtistes. La cérémonie de clôture a connu la présence des membres du gouvernement, des autorités politiques et coutumières. Abdoul Karim Sango, ministre de la culture et du tourisme, a promis à la troupe lauréate de la 5e édition une prestation à la cérémonie d’ouverture du prochain FESPACO. Le rendez-vous est pris en 2020 pour la 6e édition.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre