La France, « jaune » de colère

444 0

Les « Gilets jaunes » est un mouvement de protestation, non structuré, apparu dans la moitié de cette année 2018 en France à travers la plupart de ses départements. Il tendra d’ailleurs à s’étendre des proportions minimes en Belgique et dans d’autres pays européens. Les gilets jaunes sont les signes distinctifs des manifestants arborant des gilets de couleur jaune.

Le mouvement des Gilets jaunes au départ avait porté le curseur de ses revendications sur la hausse des prix du carburant, une hausse liée en partie à l’augmentation de la taxe sur les produits pétroliers. La vague de contestations touchera rapidement des revendications comme le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires, notamment rurales et périurbaines.

La toute première manifestation des Gilets jaunes se tiendra le 17 novembre 2018 grâce à une mobilisation organisée par des mots d’ordre et des diffusions de messages sur les réseaux sociaux appelant les citoyens à manifester. Les médias français l’ont présenté comme un mouvement spontané et non-partisan. Le couvert sera remis les samedis d’après et sera marqué par des violences avec pour corollaire d’importants dégâts matériels, notamment au sein de la capitale parisienne. De nombreuses arrestations, trois morts et des centaines de blessés sont au cœur du bilan de ces journées chaudes.

Selon un sondage réalisé par le cabinet français Harris interactive, 72% des Français soutiennent encore le mouvement des « gilets jaunes » après le rassemblement du samedi 1er décembre 2018. Ce chiffre est similaire à celui mesuré juste avant le 17 novembre, première journée de mobilisation. Toutefois, le recours à la violence est largement désapprouvé par 8 sondés sur 10.

Le mouvement des Gilets jaunes bénéficie de la caution de la majorité de l’opinion publique française et suscite naturellement l’attention de la classe politique. Ainsi des leaders politiques tels que Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Laurent Wauquiez et Jean Lassalle ont ouvertement apporté leur soutien aux manifestants.

Le Président Emmanuel Macron a ordonné à son premier ministre Edouard Philippe à s’entretenir toute cette journée de ce lundi 03 décembre 2018 avec les responsables des principales forces politiques du pays, ainsi qu’avec des figures du mouvement de contestation.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                   

Burkina24                                                                                                                                                                                   

Source: RTL

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre