Ministère de la santé : Orange Burkina offre un service de néphrologie et d’hémodialyse à la région du Nord

795 0

Le ministère de la santé, avec l’accompagnement de Orange Burkina, a procédé à la pose de la première pierre de la construction d’un service de néphrologie et d’hémodialyse pour le Centre hospitalier universitaire (CHU) régional de Ouahigouya. Le lancement des travaux est intervenu ce vendredi 21 décembre 2018 dans la cité de Naba Kango.

Après les CHU de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et de Tengandogo, le Centre Hospitalier Régional de Ouahigouya sera doté d’une unité capable de prendre en charge les maladies rénales devenues de nos jours une question de santé publique au Burkina Faso. La pose de la première pierre de l’unité de néphrologie et d’hémodialyse est un évènement de la plus grande importance pour le système de santé.

Soulager

« La prise en charge de l’insuffisance rénale chronique constitue une problématique de haute importance pour le ministère de la santé. En effet, le nombre de patients souffrant d’insuffisance rénale enregistrés dans les formations sanitaires est de plus en plus croissant, posant avec acuité le problème d’une prise en charge adéquate. Rien que l’année passée, plus de 11 000  cas d’infections d’insuffisance rénale ont été enregistrés dans les formations sanitaires du pays et il ne s’agit que de ceux qui se sont présentés dans un centre de santé. A l’heure actuelle, seuls les patients du CHU de Tengandogo bénéficient du nombre minimal de séances de dialyse admises, c’est-à-dire 3 dialyses par semaine », a lancé le Professeur Nicolas Méda, ministre de la santé.

La fondation Orange,  sensible au désarroi des malades insuffisants rénaux chroniques, a exprimé sa volonté d’accompagner le gouvernement burkinabè dans leur prise en charge. Le directeur général de Orange Burkina, Ben Cheick Haidara, l’a souligné en ces termes : « pour la construction de ce centre, nous avons échangé avec des spécialistes qui ont exprimé le besoin en infrastructures pour la prise en charge des malades. Ce geste est ce qui est de plus normal pour Orange Burkina,  qui répond une fois de plus à son credo, qui est d’agir pour l’égalité des chances dans tous les domaines. Pour nous, il était impérieux que les malades de la région du Nord et ceux des environnants ne se déplacent plus pour rejoindre Ouagadougou ou Bobo-Dioulasso pour effectuer leurs dialyses. Je peux dire aussi que nous sommes pensifs sur ce qui peut améliorer la situation de ces malades, en particulier  et du système sanitaire en général ».

La dialyse a un coût

La capacité d’accueil du Burkina pour les dialyses est de 500 places pour plus de 20 000 patients. Ce contraste vient montrer l’importance de ce centre pour les bénéficiaires que sont les malades d’insuffisance rénale.

L’association des Burkinabè dialysés d’insuffisance rénale salue à sa juste valeur ce projet de construction du centre qui viendra les soulager énormément. « Pour nous dialysés, c’est une satisfaction de voir un centre en construction. Souvent les gens quittent ici pour aller jusqu’à Ouagadougou afin de se faire dialyser. Avec ce centre, je pense que c’est une épine énorme que Orange Burkina a enlevée de notre pied. Tout le monde sait que la dialyse a un coût. Même au niveau de l’Etat, cela est visible. Je voudrais aussi lancer un appel à la sensibilisation parce que plus de 90% des personnes dialysées sont dues à l’ignorance »,  explique le président de l’association, Dramane Paré.

Cette unité de néphrologie et d’hémodialyse, qui aura la plus grande capacité de tout le Burkina, va coûter plus de 600 millions de FCFA

 Cette maladie causée généralement par des habitudes alimentaires non règlementaires occasionne de nombreux décès au « Pays des Hommes intègres ».

Cette unité de néphrologie et d’hémodialyse, qui aura la plus grande capacité de tout le Burkina, va coûter plus de 600 millions de FCFA. Il se compose d’un bâtiment R+1 avec des annexes interconnectées par un réseau électrique, hydraulique et de fluides médicaux. La construction de l’unité de néphrologie et d’hémodialyse se terminera dans le quatrième trimestre de 2019. Mais le financement de l’acquisition de matériel pour le fonctionnement qui s’élève à environ 800 millions de F CFA  est encore à l’étape de recherche de partenaires.

Basile SAMA

Burkina 24

Avatar

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre