Rentrée parlementaire du gouvernement : La confection des lois passée à la loupe

Rentrée parlementaire du gouvernement : La confection des lois passée à la loupe

96 0

La rentrée parlementaire du gouvernement  a eu lieu ce 4 mars 2019 sur le thème « la confection de la loi au Burkina Faso : enjeux, limites et perspectives ». Le ministre de la communication et des relations avec le Parlement, Remis Fulgence Dandjinou, a expliqué que cette rentrée parlementaire vise à renforcer l’activité normative du gouvernement.

 Comme à l’accoutumée, la rentrée parlementaire du gouvernement est organisée à la veille de l’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée Nationale. Selon le ministre en charge de la communication et des relations avec le Parlement, Remis Fulgence Dandjinou, « cette activité, qui commence à s’institutionnaliser, vise essentiellement à donner plus de visibilité à l’activité législative du gouvernement et à renforcer la fonction législative et de contrôle du parlement, comme l’a souhaité le chef de l’Etat à travers son programme politique ».

L’élaboration de cette loi peut permettre de « mettre en relief les limites de la politique législative du gouvernement » et d’inspirer « des réformes » afin d’améliorer celle-ci.

En effet, « la loi est un instrument nécessaire à la réalisation des politiques publiques et à la régulation de la vie dans l’Etat », a indiqué le ministre de la communication.  Il s’agira, entre autres, de faire ressortir les enjeux, les limites et les perspectives de la confection des lois au Burkina Faso.

« L’enjeu ici est à la fois politique, sociale et parfois il est culturel même. L’enjeu surtout aujourd’hui c’est d’édifier de meilleures lois et que les lois soient des réponses aux vrais besoins des populations », a déclaré le fondateur du centre parlementaire africain, Mélégué Traoré.

« C’est grâce à la loi que le gouvernement gouverne le pays. Mieux  les lois seront élaborées, mieux ça vaudra pour les populations et pour le gouvernement lui-même », a-t-il ajouté.

En guise de rappel, il a proposé au niveau de l’assemblée nationale d’augmenter le nombre d’assistants et d’administrateurs parlementaires.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Avatar

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre