Entreprenariat : La ministre de la famille écoute des associations féminines

La ministre de la femme Laurence Marchal/Ilboudo a effectué une visite de terrain ce jeudi 2 mai 2019 dans la région du Centre-Nord pour voir les réalités des associations  bénéficiaires du crédit de financement en faveur de l’entreprenariat féminin.

La suite après cette publicité

17 associations se sont partagées la somme de 200 millions de francs CFA. Et pour s’assurer du bon usage de cet argent, la ministre de la femme a entrepris un suivi périodique des activités des bénéficiaires sur le terrain. Trois associations ont connu alors cette visite de Laurence Marchal/Ilboudo. Il s’agit du Collectif des associations de restauratrices et transformatrices des produits locaux basée à Ouagadougou, de l’Union Wend- Konta des étuveuses de riz de Kaya et de l’Union pour la promotion de la production locale des transformatrices d’arachides également du Sanmatenga.

« Nous avons besoin de regarder sur le terrain ce qui a été fait et ce qui n’a pas marché. Tout ça pour nous aider à bien accompagner les femmes. Nous sommes très satisfaites de la production de tous ces associations et groupements ». (Laurence Marchal/Ilboudo)

La ministre de la femme en visite dans les locaux de l’Union Wend Konta des étuveuses de riz de Kaya

En dépit du financement reçu, des difficultés subsistent et entravent le bon fonctionnement des différentes associations. « C’est le manque de marché notre problème. Nous n’avons que la SONAGES comme partenaire. Aussi, nous sommes dans un bâtiment que nous louons et nos magasins sont exigus. Nous souhaitons avoir notre siège propre à nous », a souligné Ella Claude Ouédraogo, la présidente de l’Union Wend Konta des étuveuses de riz de Kaya.

Même constat mais avec une petite différence pour les « braves dames » de l’Union pour la promotion de la production locale des transformatrices d’arachides. Cette union dispose d’un local mais elle n’a pas d’équipement. Et à les entendre parler, elles auraient entrepris différentes démarches vaines pour l’équipement du local.

Pour ces 42 femme qui se sont regroupées en unions depuis « plus de neuf ans », la spécialité est celle de la région, à savoir la transformation des arachides. Avec un financement de plus de 9 millions de F CFA, elles estiment l’apport de ce soutien « énorme » et « très important ».

Les femmes de Kaya bénéficiaires du financement

Avec autant de difficultés énumérées pour la ministre de la famille, une prise de décision s’imposait. « Il y a la volonté du département d’accompagner les femmes dans les chefs-lieux de régions à travers de petites unités de production. Nous allons les aider d’ici la fin de l’année », a-t-elle promis au grand bonheur des femmes. Une invite au renforcement des capacités a été lancée tout comme le rapprochement avec les points focaux au niveau des régions.

En rappel, les financements reçus par ces différents associations et groupements sont des prêts remboursables. Et la ministre de la femme compte leur offrir plus d’opportunités afin qu’elles puissent bénéficier d’autres financements.

Basile SAMA

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page