Largage de moustiques « OGM » : La COPAGEN et le CCAE décrient le « passage en force »

Un lâcher de moustiques génétiquement modifiés a été autorisé pour  début Juillet 2019 dans le village de Bana dans les environs de Bobo-Dioulasso, informent la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN) et le Collectif citoyen pour l’agroécologie (CCAE), via un communiqué diffusé le mardi 2 juillet 2019.

La suite après cette publicité

Face à ce qu’ils qualifient de « passage en force », les deux organisations de la société civile, la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN) et le Collectif citoyen pour l’agroécologie (CCAE), ont, par un communiqué conjoint, réitéré leur position sur la question et condamné le lâcher des moustiques génétiquement modifiés, environ 6400.

Lire 👉 Moustiques OGM au Burkina : La demande de la COPAGEN

« Le Projet Targuet Malaria et le Gouvernement du Burkina Faso ont fait le choix dangereux, malgré tout, d’exposer les populations et leur milieu de vie à des situations aux évolutions incertaines », lit-on dans le communiqué.

Pour les deux organisations qui ont cosigné le communiqué, « ce lâcher-test intervient en totale négation de l’éthique de la vie humaine et en violation des lois et conventions nationale et internationales dont le Burkina Faso est signataire ». Et à titre illustratif, la loi N°064-2012/AN du 20 décembre 2012 portant régime de sécurité en matière de biotechnologie, a été citée.

Lire aussi 👉 Largage des moustiques “OGM” au Burkina : «Tout a été fait dans le respect de la santé des populations  » (Dandjinou)

Après ce lâcher, la COPAGEN et le CCAE comptent saisir les juridictions compétentes sur le non-respect des dispositions relatives à l’évaluation des risques biotechnologiques, des procédures d’essai des organismes génétiquement modifiés, des conditions de dissémination des organismes génétiquement modifiés.

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page