Construction du Lycée scientifique de Bobo-Dioulasso : Les travaux piétinent

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro, en compagnie de Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale ont visité le chantier de construction du lycée scientifique de Bobo-Dioulasso. C’était ce lundi 1er juillet 2019.

La suite après cette publicité

Les travaux de construction du lycée scientifique de Bobo-Dioulasso n’avance pas. C’est le constat fait par les officiels lors d’une visite de chantier. C’est le vendredi 15 février 2019 que les travaux de construction de ce lycée ont été officiellement lancés, pour une durée de six mois.

Mais, les travaux sur le chantier ont connu un retard dû à un problème technique, selon Armand Kaboré, Coordonnateur du projet d’amélioration de l’accès et de la qualité de l’éducation.

Les difficultés étaient liées surtout à l’approbation du plan entre le laboratoire national du bâtiment et des travaux publics et les entreprises sélectionnées, a-t-il confié. « Ce problème a duré plus de trois mois », a-t-il précisé. Toutefois, il rassure que des stratégies sont en train d’être développées pour rattraper le retard.

Situé au secteur 23 de Bobo-Dioulasso, le lycée scientifique sera bâti sur une superficie de plus de 4 hectares pour un coût d’environ 2 milliards 600 millions de FCFA financés par la Banque mondiale. Il comportera un bloc pédagogique (salles de classe et d’étude, laboratoires), un bloc administratif, un bloc hébergement (filles, garçons, enseignants et personnel administratif), un complexe sportif olympien, une salle des fêtes, une infirmerie, un parking.

Le ministre de l’éducation nationale a souhaité que les entreprises en charge des travaux respectent le nouveau délai tout en insistant sur la qualité des bâtiments qui seront réceptionnés dans les jours à venir. « Les différents plans ont été approuvés et les entreprises se sont engagées pour nous faire réceptionner les bâtiments pour fin octobre.

 Nous avons insisté sur la qualité de ces infrastructures », a affirmé le Pr Stanislas Ouaro. Le lycée scientifique est entièrement financé par la Banque mondiale. Son représentant résidant, Cheick Kanté, a soutenu que l’éducation qui est le pilier de l’objectif capital humain du PNDES est aussi une priorité pour la Banque mondiale.

Pour lui, la construction des lycées scientifiques est une innovation qui révolutionnera l’éducation au Burkina Faso. L’occasion faisant le larron, les hôtes ont visité le deuxième lycée en location-vente à Bobo-Dioulasso et le complexe scolaire Rockseed où les élèves scientifiques prennent cours.

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page