Burkina : Le bien-être de l’enfant au cœur d’une session nationale

Le ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a procédé, ce mardi 19 novembre 2019, à l’ouverture des travaux de la 6e session ordinaire du Conseil national pour l’enfance dont elle est la présidente. Au cours de cette session, il sera question, entre autres, de présenter aux acteurs les résultats de l’étude sur les violences faites aux enfants au Burkina et les propositions de réformes du conseil national.

La suite après cette publicité

La 6e session du Conseil national pour l’enfance se tient ce mardi 19 novembre 2019, après la précédente qui s’est tenue en 2016. La session a fait trois ans sans pouvoir se tenir, pour des raisons d’ordre économique, liées à la mobilité des membres statutaires, selon le secrétaire permanent du conseil national pour l’enfance, Adama Sondé.

Cette session se tient au moment où le Burkina Faso célèbre les 30 ans d’existence de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). Le rapport de suivi de la mise en œuvre de la convention a été transmis, selon Adama Sondé.

« Dans ce rapport, il est ressorti qu’il y a des dispositions qui ont des difficultés de mise en œuvre. Il y a aussi le contexte lié à la stratégie nationale de protection de l’enfance que nous avons élaborée, qui identifie un certain nombre d’insuffisances et de difficultés dans la mise en œuvre des stratégies de protection de l’enfant. Notre système de protection de l’enfant a besoin d’être renforcé avec des recommandations très fortes des acteurs, pour que d’ici les 5 prochaines années, on ait un environnement familial et communautaire suffisamment renforcé et qui assure la sécurité des enfants », a-t-il indiqué.

Le milieu familial représente 65,7% des lieux d’exercices de violences à l’égard de l’enfant

Les résultats de l’étude nationale sur les violences faites aux enfants révèlent, selon le ministre en charge de la famille, présidente du Conseil national pour l’enfance, Laurence Marshall Ilboudo, que le milieu familial représente 65,7% des lieux d’exercices de violences à l’égard de l’enfant et 94% des auteurs de ces violences sont les plus proches parents, les camarades et l’école.

« Toute chose qui interpelle notre conscience collective et notre responsabilité individuelle dans l’éducation et la formation de nos enfants, pour être des adultes responsables de demain », a-t-elle affirmé.

En matière de réalisations des droits de l’enfant, ces dernières années et celle en cours ont été des périodes de grandes réalisations, selon la représentante de l’UNICEF et représentante des partenaires techniques et financiers, Rinko Kinoshita. Il s’agit, entre autres, du recensement et le retrait des enfants et jeunes de la rue et la mise en œuvre de la réponse de protection des enfants en situation d’urgence.

La cérémonie commémorative du 30e anniversaire de la CDE se tiendra le 20 novembre 2019 à Ouagadougou. Des dispositions sont prises, selon Laurence Ilboudo, pour que les participants à cette 6e session nationale puissent y prendre part.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page